Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ignition City, la série qui aurait mérité de durer
Ignition City, la série qui aurait mérité de durer

Titre : Ignition City
Éditeur : Glénat Comics
Couverture : Gianluca Pagliarani
Artiste : Warren Ellis (scénariste) et Gianluca Pagliarani (dessinateur)
Date de sortie : 18 avril 2012
Prix : 14€95
Description : 1956. Une attaque Martienne a interrompu la Seconde Guerre mondiale, et le monde a changé. Apportant leur technologie, les aliens ont rendu possibles les voyages dans l'espace. Des bases spatiales se sont développées un peu partout. La plus importante d'entre elles s'appelle Ignition City, la porte des étoiles. C'est un spatioport cosmopolite et malfamé qui porte bien son nom, car une simple étincelle pourrait embraser cet endroit où gravitent des gens peu fréquentables… Mary Raven, la fille du légendaire pilote Rock Raven, débarque à Ignition City pour découvrir les raisons de la disparition de son père. Dans les affaires de celui-ci, la jeune femme met au jour un journal de bord qui va lui révéler bien des secrets - et commencer à lui attirer des ennuis. Car à Ignition City, on n'aime pas les questions, et encore moins les réponses. Mais Mary n'est pas du genre à se laisser faire…

©Editions Glénat Comics 2014

©Editions Glénat Comics 2014

Warren Ellis est un scénariste très prolifique et au palmarès plutôt hallucinant. Il est, entre autres, créateur de la série The Authority, Transmetropolitan ou encore Planetary, en plus de ça, il a travaillé pour les plus grands, Marvel DC, Image, Vertigo, Wildstorm et Avatar Press. D'avril 2009 à octobre 2009, Warren Ellis a collaboré avec le dessinateur italien Gianluca Pagliarani pour la série Ignition City.

Ignition City se déroule en 1956, alors que la Seconde Guerre Mondiale a été stoppée par une attaque martienne. Cette invasion a permis l'apport d'une nouvelle technologie sur Terre, ainsi que les voyages dans l'espace ouvrant de nouvelles portes vers l'inconnu. En 1956 donc, Mary Raven, se trouvant alors à Berlin, apprend que son père, le célèbre pilote Rock Raven vient tout juste de mourir. Elle décide alors de se rendre à Ignition City, un spatioport très peu fréquentable et où son père a terminé sa vie.

©Editions Glénat Comics 2014

©Editions Glénat Comics 2014

Ignition City, c'est un peu la trilogie Star Wars mais sur Terre (oubliez Jedi et Sith). Warren Ellis croise deux genres opposés mais qui donnent une combinaison exceptionnelle, le western et la science-fiction. Comme Star Wars et comme Firefly (je veux une seconde saison de Firefly, OK? !!! Warren Ellis, si tu lis cette chronique, s'il te plait, contacte Joss Whedon et convainc-le de convaincre la Fox pour une seconde saison !! Fais un truc je t'en conjure !). Enfin bref, l'intrigue principale va être l'enquête que mène Mary afin de découvrir comment son père est mort, pourquoi, qui l'a tué, etc. Cette intrigue, bien que sympathique et bien menée, est plutôt simpliste (voire même rapide, d'un côté, avec uniquement 144 pages on est assez limité). Mais Warren l'agrémente de quelques scènes de gunfight dynamique digne des plus grands westerns spaghetti, et une bonne dose d'humour graphique et textuel. Enfin, l'ensemble est très bien écrit, c'est très plaisant à lire, et une grosse partie de ce plaisir revient à l'univers rétro-futuriste et steampunk qui, malgré le peu de pages de l'album, se montre riche et développé. MAIS ! Oui, je sais c'est un gros "mais". La série Ignition City ne fait que 5 épisodes…Et oui, cet album représente l'entièreté de la série puisqu'il n'y en aura pas. Alors quand c'est une minisérie avec un début, un milieu et une fin, c'est cool, mais quand la fin vous ouvre clairement vers une suite, autant vous dire qu'on reste un peu sur sa fin (ceci est un jeu de mots faim -> fin) et c'est vraiment dommage, d'autant plus que je mettais carrément attaché aux personnes et à la série…

©Editions Glénat Comics 2014

©Editions Glénat Comics 2014

Le dessin de Gianluca Pagliarani est un grand en dessous de la qualité du scénario de Warren Ellis. Il faut dire que certains visages sont assez inégaux, et on a quelques soucis de proportions. Mais il serait traitre et très malvenu de plomber l'artiste (et l'œuvre) juste pour ça, surtout quand on voit la qualité des planches en général. Un découpage dynamique et fluide, des décors splendides, un design architectural excellents, et dans l'ensemble, les personnages sont très réussis, et leur fort caractère et leur passé quelque peu tortueux se ressent très bien dans leur physique. Gianluca Pagliaranin, s'il arrive à se faire repérer, se promet une grande carrière dans le comics, il est talentueux et il le montre, seulement quelques soucis qui peuvent être régler avec la pratique et l'expérience !

Ignition City est une excellente série qui n'a malheureusement pas eu sa chance de se dévoiler jusqu'au bout malgré un Warren Ellis très bon, et un Gianluca Pagliarani doué et habile. Tout de même, mention spéciale au clin d'œil au Rocketeer !

Tag(s) : #Review Comics

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :