Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Livre de la Création, ou la fin d'un excellent diptyque

Titre : Le Livre de la Création
Auteur : Yoann Berjaud
Illustrateur : Pascal Casolari
Éditeur : Mnemos
Pages : 272
Quatrième de couverture : Les héros sont presque tous morts, mais les hommes se battent encore.Les mondes de la Confédération sont tombés.

Les armées du Neo-Mashma s’imposent, Le Livre de la Création se déchire, lui qui seul contient l’univers et sa permanence. Une apocalypse implacable étendra bientôt son aile noire sur les survivants de la Confédération des Cent Planètes.

Cependant, dans l’ombre et le secret, les Derniers Guerriers du Silence poursuivent la lutte.

Une poignée de héros fragiles et farouches sont lancés dans une quête désespérée afin d’empêcher le monde de sombrer.

Les pages du Livre s’amenuisent, sa puissance faiblit et la trame du monde s’épuise.

Le Dieu Noir sera impitoyable avec les indécis et seule la vibration sacrée du Chant Premier a le pouvoir de sauver les âmes.

Il est temps d’écrire le Destin de l’Humanité, il est temps de clore le Livre de la Création.

L’œuvre de Pierre Bordage est très vaste, très riche et très appréciée dans le monde de la SF Française. Et c’est avec Les Derniers Guerriers du Silence qui rencontre le succès. Mais c’est aussi cette trilogie qui a inspiré l’excellent diptyque de Yoann Berjaud, basé sur l’univers des Derniers Guerriers du Silence, composé du Chant Premier, première partie du diptyque sortie en mai 2012 et du Livre de La Création dernière partie parue il y a peu et qui vient clore la série. Après un premier tome excellent, on ne peut s’attendre qu’à une suite tout aussi bonne, voire meilleure…Eh bien c’est chose faite ! Dès le début, on retrouve les personnages du Chant Premier et c’est vraiment génial. On reprend cette guerre entre les Vita Guerriers et les Chevaliers du Néo-Mashma sauf que c’est le foutoir total, qu’il n’y a plus grand monde et que ça va être très dur de reprendre le contrôle sur les forces du mal. Mais si l’on regarde ça de plus près, on se rend compte de l’opposition entre le bien et le mal, ce manichéisme déjà très présent dans le premier tome. Et en regardant encore de plus près on peut s’apercevoir qu’il s’agit d’une représentation de notre monde, des guerres qui se sont déroulées et qui se déroulent encore à notre époque. Et de cette manière, on peut se questionner sur le futur de l’Homme et de l’humanité, du monde, l’évolution de notre société, la division en caste, en groupe qui s’opposent pour détenir le pouvoir. Et avec son écriture toujours très claire, Yoann nous décrit son univers, ses personnages et on rentre dans l’histoire, on est plongé directement dans l’action. On se trouve aux premières loges pour suivre le récit, comme si on se trouvait dedans. Et les petits détails comme les gros, Yoann y apporte une grande attention et rien ne passe à la trappe. Beaucoup d’action, des combats très passionnants, de l’amour et de la philosophie. C’est ce qui définit le mieux cet excellent ouvrage !

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0