Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les chiens aboient, Truman Capote est passé par là

Truman Capote, né en 1924 et mort en 1984 à l'âge de seulement 59 ans, a eu une existence bien remplie. Son ouvrage Les chiens aboient en est l'un des témoins puisqu'il s'agit d'un recueil de textes écrits au fur et à mesure de ses pérégrinations à travers le monde, entre 1945 et 1984. Le livre contient au total 23 récits en grande partie autobiographique, mais qui sont en fait empruntés "à la réalité, ce qui ne veut pas dire que ce soit là le réel à l'état brut ; mettons que c'en est la meilleure approximation possible". Les chiens aboient, c'est toute la géographie de la vie de Truman Capote, vie qui se joue entre voyages aux quatre coins du monde - Sicile, Tanger, Haïti, Europe... -, et rencontres avec des personnalités - André Gide, Jean Cocteau, Colette, Louis Armstrong, etc. Toutes issues des carnets de notes de l'auteur, ces anecdotes manifestent d'une vie vécue à cent à l'heure, s'étalant sous nos yeux au travers de textes passionnants, s'enchainant naturellement les uns après les autres dans une harmonie quasi parfaite, et desquels on a beaucoup de mal à se libérer tant ils sont prenants.

Cela dit, la vie de Truman Capote n'est en rien un long fleuve tranquille comme on pourrait le penser, loin de là, et sa jeunesse, bien que joyeuse, n'a pas été facile pour autant. En effet, juste après leur mariage, ses parents divorcent et sa mère doit alors confier Truman à ses trois cousines et leur frère, qui se chargèrent de l'élever. Bien qu'il ait eu une enfance heureuse, il a beaucoup souffert de cet abandon et il est certain que cela a marqué une partie de son œuvre. Mais Truman a eu la chance de tomber sur le bon professeur qui, durant ses études, l'encouragea à écrire, lui qui avait un don certain pour cet exercice. D'ailleurs, son talent a rapidement été remarqué puisque à l'âge de 17 ans il a pu intégrer, en tant que pigiste, le journal New-Yorker (de 1941 à 1945), et en parallèle, de publier des nouvelles dans les magazines Mademoiselle et Harper's Bazaar. Il faut dire que Truman a très vite pris son indépendance d'une part grâce à son boulot chez le New-Yorker et d'une autre part du fait de son départ du foyer familial où la tension était devenue trop forte pour lui.

Pourtant, Truman ne laisse rien paraître de cette jeunesse quelque peu tumultueuse ou de ses souffrances dans ce livre. Cependant, on se rend clairement compte que Truman Capote était un jeune homme fougueux et plein d'énergie, prêt à partir à n'importe quel endroit pour découvrir la Terre, chose qu'il n'a cessé de faire puisque les voyages ont constitué une grande partie de sa vie, tout comme partir à la rencontre des gens ou observer le monde. C'est là l'une de ses plus grandes qualités, ce don de l'observation, ce sens aigu et particulièrement développé qui se ressent totalement dans les lignes de ses écrits, notamment dans ses récits de voyage ou dans les portraits qu'il a écrits. Il était très attentif au monde qui l'entourait et aux moindres petits détails, à tel point que chaque petite chose et chaque conversation sont parfaitement retranscrites dans ses textes. Mais ses observations ne seraient rien sans cette magnifique plume qui le poussait à utiliser toujours les mots justes et en fin observateur, il parvient à nous offrir des portraits et des jugements très intelligents, vrais et détaillé. C'est un véritable plaisir à lire car c'est d'une grande fluidité, et même si tous les textes ne se valent pas - certains étant un peu trop longs et pas assez intéressants - l'ensemble est un pur délice d'autant plus que son style, très visuel, nous permet d'avoir toutes les images de chaque scène représentées dans notre tête. De surcroit, on dénote une très belle touche de poésie et d'émotion, couplée à une maitrise absolue de l'ironie. C'est un bon moyen d'en apprendre plus sur Truman Capote - ce personnage si ambitieux et si talentueux -, ainsi que son œuvre, et ce, au fil d'anecdotes diverses et variées, contées avec une plume si soignée qu'il serait dommage de ne pas prendre le temps de se pencher dessus.

Les chiens aboient est un excellent recueil de textes tout comme Truman Capote était un excellent auteur. Se priver de ce moment de lecture magique, des portraits de Marilyn Monroe ou Humphrey Bogart ou encore des quelques détails sur le tournage de l'adaptation de son roman De sang froid par Richard Brooks serait une grossière erreur. Alors n'hésitez plus !

Les chiens aboient, Truman Capote, éd. Gallimard collec. L'imaginaire, 238p., 8€90.

Tag(s) : #Critique Littéraire, #Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :