Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur Mars, récit de voyage - Arnauld Pontier

Sur Mars est un récit de voyage écrit par Arnauld Pontier et publié aux éditions Nicolas Chaudun en 2009.

Arnauld Pontier revient de la planète rouge. Oui. Il a marché sur Mars. En 2016. Son journal de bord en est la preuve. Il détaille par le menu les mystères de cet astre frère sans les percer tout à fait. Comment le pourrait-il, du reste, alors que c'est la vie même qu'espère découvrir là cette première mission humaine ? Mais la vie, c'est d'abord celle de l'équipage, mixte, confiné, obnubilé par la routine et les consignes de sécurité. Tout semble réglé comme un livre de comptes...

Extrait

Chrys semble nerveux. Il ne l'avouera pour rien au monde mais son regard fuit les nôtres. Sans protection, la dose de radiations - plusieurs sieverts - qui frappe le vaisseau nous tuerait. Mais ce n'est pas ce qui l'inquiète : ce qu'il craint, ce sont les géocroiseurs : les astéroïdes échappés de la ceinture jupitérienne, ceux qui, en une seule salve, il y a trois milliards neuf cents millions d'années ont fait de la Lune ce qu'elle est... Un gruyère.

Je vous vois déjà venir avec vos « Non mais on s’en fout de ça, nous c’est de la SFFF qu’on veut ! » et ben c’est bien ce que je vous propose. Oui oui les amis, il s’agit bel et bien d’un récit de voyage, ça c’est on ne peut plus sûr. Mais pas n’importe quel récit de voyage, c’est celui d'Arnauld Pontier sur Mars en 2016 ! C’est en discutant avec Arnauld que celui-ci m’a orienté vers son récit et je l’en remercie car j’ai passé un très bon moment de lecture.

Le roman est assez court, 149 pages, il se lit très facilement et assez rapidement car très prenant, Arnauld Pontier nous transporte très vite sur Mars, à travers son périple sur la planète Rouge, ou bien devrais-je dire « Barsoom » pour les plus connaisseurs ?

Le récit commence par une jolie introduction, l’auteur nous raconte son histoire fictive de jeune garçon vers la fin des années 70, baignant dans la science-fiction, amoureux de Mars et des voyages spatiaux, à une époque où tout bouge, à une époque où les hommes visitent l’espace, marchent sur la Lune, etc. Nous retrouvons cet enfant, quelque quarante années plus tard, en 2016, devenu adulte et prêt à s’envoler pour la planète qu’il a tant convoité, qu’il a tant attendu de visiter. Ses premiers pas sur Mars, son rêve se réalise, et à travers son carnet de bord, l’on suit son aventure avec ses cinq compagnons.

Le récit se promène entre fiction, le voyage sur Mars, et réalité scientifique et historique, le contexte qui englobe l’histoire. L’auteur connait son sujet, les faits scientifiques qu’il avance, il y a un certain travail de recherche sur Mars et l’espace et il s’agit d’un travail sérieux permettant de donner cette véracité que possède l’histoire, agrémenté par les faits historiques sur la découverte spatiale ainsi que les maints clins d’œil aux classiques tels que Tintin, John Carter, le cinéma et la littérature SF. L’histoire est renforcée par la narration, les descriptions, les explications, conférant une existence à ce carnet de bord et à cette aventure.

En plus de cela, que ce soit de références culturelles, scientifiques ou historiques, l’auteur a parsemé le récit de petites notes que vous pouvez retrouver à la fin de l’histoire ainsi qu’une bibliographie et un dossier assez détaillé sur Mars et son exploration, les missions, etc.

Arnauld Pontier nous offre donc un très beau récit de voyage, assez particulier puisque appartenant au genre de l’imaginaire. Il nous dresse un portrait de la Planète Rouge à travers une histoire bien écrite, aux côtés poétiques, nous permettant de vivre avec lui ce périple en nous convaincant de la réalité de ce voyage. Et je ne peux que terminer en citant la phrase qui m’a le plus marqué et qui est en total accord avec ce que je pense de la science-fiction, « La science-fiction précède souvent la science ». Je ne peux que vous conseiller de lire cette histoire et de vous évader pendant quelques heures au-delà de nos frontières de notre monde visible à l’œil nu.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0