Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Scarlet Traces, un récit d'une Grande-Bretagne sombre

Titre : Scarlet Traces
Éditeur : Kymera
Artiste : Ian Edginton (scénariste) et D'Israeli (dessinateur)
Date de sortie : 2005
Prix : 12€
Description : Londres, dix ans après l’invasion martienne chroniquée par HG Wells dans “La Guerre des Mondes”.

L’Angleterre s’est remise du traumatisme subi et, grâce à l’incorporation de la technologie abandonnée derrière eux par les martiens, a atteint un niveau de développement qui fait d’elle la première puissance mondiale.

Mais lorsque les corps de jeunes filles vidées de leur sang s’échouent sur les berges de la Tamise dans l’indifférence la plus totale, deux anciens militaires, le major Robert Autumn et le sergent Archibald Currie, se trouvent malgré eux mêlés à une affaire dépassant largement le cadre de “simples” meurtres.

Des beaux quartiers de Londres aux ghettos écossais et jusqu’à la verdoyante campagne anglaise, nos enquêteurs improvisés vont mettre à jour les dessous d’une société faussement idyllique qui a bâti sa prospérité sur un monstrueux secret.

Bienvenue dans l’ignominie !

Imaginez. XIXème siècle. La Grande-Bretagne est enfin devenue la première puissance mondiale. Comment ? 10 ans après avoir subi et survécu à l’attaque Martiennes, la Grande-Bretagne a su réutiliser les technologies laissées par les martiens sur Terre. Leur permettant ainsi de développer leur industrie, leurs armes, leurs armées, etc, et surpassant alors tout le monde, même les puissants américains…

Comme à son habitude, Edginton nous offre un scénario passionnant. Scarlet Traces et un excellent récit de SF, appartenant au steampunk, avec un gros penchant vers le polar à la Sherlock Holmes. C’est une BD très noire que l’on découvre. En effet, De nombreuses jeunes femmes disparaissent sans laisser de trace. Cependant, c’est la nièce du Sergent Archibald Solomon Currie qui se fait enlever. Accompagné par son ami le Major Robert Autumn, ils vont se lancer dans une enquête afin de tirer au clair toute cette terrible histoire. Malheureusement, les responsables ne sont pas prêts de se laisser attraper.

Illustré par l’excellent D’Israeli, mêlant réalisme frappant et caricature, il nous transporte dans une Angleterre sombre et corrompu appuyé par une colorisation tout aussi bonne. L’aventure ne se termine cependant pas à la fin de l’histoire puisque vous pouvez retrouver un sketchbook et des scènes coupées avec des commentaires de D’Israeli.

Suite directe du roman de H.G. Wells, La Guerre des Mondes, Ian Edginton et D’Israeli ont fait un excellent travail. Vous ne pouvez passer à côté de cette BD, un excellent steampunk ! (et une petite surprise vous attend en page 42).

Tag(s) : #Review BD

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :