Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Asch Mezareph - Jean-Pierre Favard

L’Asch Mezareph est écrit par Jean-Pierre Favard et publié aux Éditions Lokomodo en 2013. Il s’agit d’un cycle Fantastique composé de 3 romans. La Commision des 25, Le Coffret d’Essarois, La Montagne Noire. Dans cette intégrale, revue et corrigée par l’auteur, se trouve en plus des trois romans.

1223, les évêques de Bethléem, en Palestine, fuient la Terre Sainte et trouvent refuge à Clamecy, dans la Nièvre.

1307, des centaines de Templiers sont arrêtés sur ordre de Philippe le Bel. Officiellement, l’Ordre du Temple n’existe plus.

1382, Nicolas Flamel parvient à changer le plomb en or.

1789, deux ouvriers du marquis de Chastenay mettent à jour un intrigant coffret en pierre à Essarois, en Côte-d’Or.

De nos jours, d’étranges parchemins refont surface en même temps que le corps sans vie d’un notaire. S’engage alors une formidable course contre la montre mêlant Histoire occulte et officielle, sociétés secrètes et alchimie. Ou lorsque la légende rencontre la réalité…

Quand j’ai vu Baphomet sur la couverture, je me suis tout de suite dit que le roman allait me plaire. J’ai directement pensé aux templiers, aux croisades, à l’Histoire ! Et c’est une période historique que j'adore.

Je ne vais pas faire une chronique pour chaque roman (La Commission des 25, Le Coffret d’Essarois et la Montagne Noire) mais une chronique globale comme si L’Asch Mezareph était un roman et non pas une intégrale.

Alors, le roman commence très fort. Cette découverte d’un macchabée dans la Nièvre, la panique que cela sème à Clamecy. On découvre alors Émilie et ses amis, Priscilla, William et Tony, tous lycéens. On apprend l’existence de manuscrits assez anciens, très importants cachant un secret qui ne peut être dévoilé à n’importe qui.

Ici, l’auteur pose son intrigue. Une intrigue qui joue avec l’Histoire, les templiers, l’alchimie, les sociétés secrètes, etc. Celle-ci évolue au fur et à mesure que le récit se développe et plus on avance, plus on apprend de choses mais, plus le mystère prend de l’ampleur. Le suspens est énormément présent au cours de l’histoire, Jean-Pierre Favard nous dévoile quelques petits éléments par-ci, par-là, nous permettant de nous faire une idée sur qui sont les méchants, et qui sont les gentils et de nous accrocher encore plus à son histoire. Et quand on pense avoir enfin compris, de nombreux rebondissements viennent chambouler le cours des événements et nous font repartir à zéro. En plus de ça, il y a aussi de gros retournements de situation, et on se rend alors compte que les apparences sont souvent trompeuses.

Dans La Commission des 25, l’auteur développe principalement l’intrigue, il la met en lien avec l’histoire, mais on se concentre principalement sur ce qui arrive à Émilie, sur les manuscrits, etc. C’est ici que la tension est présente, on se demande ce qu’il va se passer, comment tout ça va se terminer. Cependant, dans Le Coffret d’Essarois, l’auteur s’est plus concentré sur l’Histoire. Il y a beaucoup moins de tension, c’est moins intense que dans La Commission des 25 mais on découvre tout ce qui mène à La Commission des 25, à Émilie, à l’importance des Manuscrits, etc. Le récit se joue entre le passé et le présent, nous acheminant ainsi vers la situation que vivent Émilie et ses amis. C’est l’intrigue dans le passé. Puis on retourne dans le présent avec La Montagne Noire, on reprend l’aventure et les déboires de nos amis, c’est le dénouement du récit.

L'Asch Mezareph est très bien écrit, c’est fluide et le rapport avec l’Histoire est vraiment prenant. L’intrigue est passionnante, on découvre beaucoup de choses et le fait que l’histoire se déroule sur deux époques nous permet de voyager dans le temps. Le roman se lit bien, on est absorbé. On veut connaitre la suite et on se retrouve vite à la fin sans s’en rendre compte. Grâce au suspens et aux rebondissements, Jean-Pierre Favard garde le lecteur en haleine avec son Thriller Histoire. Il y a de surcroit un gros travail de recherche, d’études approfondis. Que ce soit Nicolas Flamel, l’Asch Mezareph ou même le château de Chastenay, tout cela existe ou a existé et rend le récit plus vrai.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0