Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ghost World, une analyse de l'adolescence, une période difficile de la vie

Titre : Ghost World
Éditeur : Vertige Graphic
Artiste : Daniel Clowes (scénariste, dessinateur et coloriste)
Date de sortie : septembre 2010
Prix : 14€20
Description : Au sortir de leurs études secondaires, deux adolescentes, Enid et Rebecca, cultivent leur obsession du paraître, angoissées à l’idée de ce que les autres peuvent penser d’elles ; en bref, deux jeunes étudiantes américaines comme des dizaines d’autres. Et c’est parce qu’elles ressemblent tant à d’autres qu’elles sont uniques. Dan Clowes, tel un fantôme, observe leurs faits et gestes pour notre plus grand plaisir. Une des œuvres maîtresses du talentueux Daniel Clowes, qui dessine avec humour et mélancolie le portrait d’une adolescence ordinaire, dans un trou paumé des États-Unis. Ghost World demeure l’un des graphic novels américains les plus lus et les plus salués par la critique.

Adapté au cinéma par Terry Zwigoff avec Thora Birch et Scarlett Johansson, Ghost World est LA BD qui a rendu Daniel Clowes célèbre, qui l’a fait connaitre au monde entier.

Dans Ghost World, on y traite de l’adolescence. De l’adolescence d’Enid et de Rebecca. Enid et Rebecca ne sont qu’au début de leur vie. Au moment où elles doivent quitter leurs parents, leur vie d’insouciance, leurs amis pour devenir des adultes. Mais ça leur fait peur. Elles ne savent pas quoi faire. Elles doivent affronter la société, mais elles ne sont pas prêtes.

Daniel Clowes fait une analyse de la jeunesse et des jeunes sans les faire passer pour de parfaits idiots qui ne connaissent rien à la vie. Et ça, il le fait avec une grosse touche de cynisme et d’humour. La narration est plutôt lente. On évolue dans un récit placé dans un contexte « réel ». C’est la vie simple, banale et vide de deux adolescentes qu’il nous narre. Mais ça colle parfaitement bien avec ce qu’il raconte, avec son scénario à travers lequel il peint le portrait d’une jeunesse désabusée par le monde dans lequel elle vit. Un monde où l’apparence fait tout, dans lequel les normes doivent être respectées, un monde dans lequel Enid et Rebecca cherchent à s’imposer, à se faire accepter.

Graphiquement, c’est parfait. J’adore le style très lisse de Daniel Clowes. Il n’y a pas de futilité dans son dessin. Ce qui est nécessaire, il le dessine mais qui ne l’est pas, il ne le met pas. C’est simple. C’est beau. On ne demande pas plus.

C’est un album très touchant, dans lequel nous pouvons tous nous retrouver ou voir une part de nous même durant une période difficile de notre vie. Celle de faire sa place dans la société sans se faire écraser par les autres, sans céder sous le poids des obligations, les conventions, etc. Un ouvrage passionnant et très vrai.

Et rappelons-le, nous avons tous été jeune un jour, mais la plupart d'entre nous l'ont oublié...

Tag(s) : #Review BD

Partager cet article

Repost 0