Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aranor T1 : La Forêt des Kalmyres - Claire-Éloïse Baujard

Alors que Kélya, jeune adolescente rebelle de quinze ans, s’apprête à fuir pour toujours le manoir où elle vit, Azouran, un sage ermite vivant dans les profondeurs de la forêt des Kalmyres, vient à sa rencontre. Avec son aide, elle apprendra à surmonter de douloureuses épreuves et à en comprendre le sens. Accompagnée de ses cinq frères et sœurs plus jeunes, elle va découvrir un univers merveilleux qui leur donnera la force nécessaire pour s’engager dans de palpitantes aventures. Ensemble, ils vont tenter de libérer le monde qui les entoure des forces des ténèbres

menaçant de tout détruire. Mais qui se cache derrière ces forces ? Comment Kélya va-t-elle réagir face aux sombres secrets qui vont lui être révélés sur sa naissance ? Et à quel pouvoir mystérieux pourra-t-elle faire appel pour combattre sans utiliser ni armes ni violence ?

Ce roman philosophique et initiatique qui s’adresse à tout public, adultes et adolescents à partir de 12 ans, amènera chacun sur un cheminement de libération intérieure et d’accès au bonheur.

Philosophie, spiritualité et fantastique, c’est le mélange qui à mené à La Forêt des Kalmyres, le premier tome de la trilogie Aranor. Malheureusement, il ne s’agit pas forcément d’un bon mélange. Dans ce roman, on découvre la vie difficile de Kélya, une jeune adolescente de quinze ans et de ses cinq frères et sœurs. Ceux-ci sont élevés par une mère tyrannique et totalement névrosée qui, effrayée par la vie, les empêche de vivre la leur. Kélya, ne supportant plus cette prison, va donc tenter de libérer ses frères et sœurs de la terreur qui les entoure et que leur impose leur mère. On se trouve donc plongé dans une histoire philosophique et initiatique, celle de Kélya, accompagnée de son petit compagnon à quatre pattes, Galliou. Malheureusement, le côté philosophique et spirituel, qui est tout de même la base de l’histoire puisque, La Forêt des Kalmyres est censé vous emmener « sur un cheminement de libération intérieure et d’accès au bonheur » se trouve être assez flou. Kélya est aidée durant son aventure par Azouran, un vieux sage vivant dans une grotte. Celui-ci va lui donner des conseils, des leçons philosophiques sur la vie, sur le pardon, sur le bonheur et le malheur. Il va lui apprendre à rester forte, à se libérer de ses soucis, etc. Pourtant, tout au long du récit, je me suis demandé où voulait en venir Claire-Eloise Baujard, l’auteur. Je n’ai pas réussi à capter ce qu’elle voulait nous transmettre à travers les propos d’Azouran et le reste du récit. Et arrivé à la fin, je n’ai pas ressenti cette libération intérieure et cet accès au bonheur. C’est dommage car j’aurai vraiment aimé rentrer dans l’histoire. Je me suis attaché aux personnages, principalement à Kélya, mais aussi aux autres. J’ai eu pitié pour eux, pour ce qu’il leur arrivait. En plus de quoi, le roman est assez touchant et chargé en émotion. Malgré ce problème d’inscription dans le récit, l’univers que l’on nous expose est intéressant. Il n’y a certes pas de voyage, on se cantonne donc à une découverte à proximité du lieu principal dans lequel se déroule l’intrigue. Cependant, c’est déjà suffisant pour donner envie au lecteur de lire la suite de la trilogie. Vous aurez donc le plaisir de rencontrer les Kalmyres, un peuple vivant dans la forêt, les Kesrings, une sorte de croisement entre un lion et une licorne, les démonites ou encore les éloèms. En somme, il s’agit d’un bon divertissement. Je pense qu’il faut lire la suite pour vraiment comprendre la philosophie et cerner les subtilités de ce tome.

Cet ouvrages est publié aux Éditions Les 2 Encres et est écrit par Claire-Eloise Baujard.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :