Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Postal

Un prêcheur charlatan, son neveu efféminé et un commando composé d'amazones aux poitrines généreuses lancent une attaque contre Oussama Ben Laden et les talibans. Leur combat sera pour le moins épique et il risque bien de sceller le destin de notre monde. BONUS : Bande-annonce - Les coulisses du film - Interviews avec les acteurs - Les scènes coupées - Uwe Boll vs. Journalistes - Sketche de Verne Troyer - Uwe Boll à L'Etrange Festival Synopsis Un prêcheur charlatan, son neveu efféminé et un commando composé d'amazones aux poitrines généreuses lancent une attaque contre Oussama Ben Laden et les talibans. Leur combat sera pour le moins épique et il risque bien de sceller le destin de notre monde.

Uwe Boll n'a rien d'un bon réalisateur, au contraire, ce n'est pas pour rien s'il est considéré comme le plus mauvais réalisateur de notre époque et si tous ses films ou presque sont moqués par la critique, américaine surtout. Pourtant, il peut lui arriver d'avoir des éclairs de génie qui lui permettent de faire des films pas trop mauvais voire même bon. C'est rare, mais ça arrive. C'est un peu le cas de Postal qui, s'il est loin d'être un excellent film, reste un excellent divertissement. Basé sur le jeu vidéo du même nom, Postal nous plonge dans un univers particulier, limite pervers. On y découvre des gens malhonnêtes, des voleurs, des adeptes de sectes, des terroristes, des racistes, des flics débiles et incompétents, etc, etc. Tiens, comme dans la vraie vie en fait ! Eh oui, c'est un peu ça. Il faut dire que si l'argument de vente principal de Postal est d'avoir l'occasion de voir du trash à tout va dans un joyeux bordel monstre et délirant, le film est en réalité plus profond que ça. Tout repose sur le côté satirique du film, celui-ci étant une critique de la société américaine particulièrement acerbe. Rapprochement de George W. Bush avec les terroristes et Ben Laden, les sectes, la violence, le milieu de l'emploi, les policiers un peu trop zélés, etc, tout y est passé en revue et moqué sévèrement.

Le gros souci de ce Postal c'est que le scénario était puissant avec un gros potentiel mais que Uwe Boll en a fait quelque chose de plutôt mauvais compte tenu de ce que proposait le script, ici sous-exploité. Mais en même temps, dans ce genre de film (ou tout du moins, avec Uwe Boll), on n'attend pas grand-chose niveau scénario. Du coup, on se retrouve avec un enchainement de scènes toutes plus dingues les unes que les autres et qui délivrent toutes plus ou moins une part de la critique sociale. C'est à mourir de rire presque tout le long du film, même si, sur la fin, ça devient un peu lourd. Il y a des passages vraiment tordant et juste pour ça, ça vaut le détour même si ce Postal se veut plus trash qu'il ne l'est réellement. Finalement, le film est réussi à l'humour absurde et violent qui ravira les fans du jeu (ou pas !) !

Tag(s) : #Critique Cinéma

Partager cet article

Repost 0