Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Multiple était la Lune

Avec Le Dieu était dans la Lune, paru en 2011 chez l'éditeur Rivière Blanche, Hervé Thiellement était parvenu à nous offrir un Space Opéra rafraichissant, passionnant, mêlant action et suspense, humour et SF, le tout manié avec grande classe et talent. Une sorte de H2G2 à la française, c'est exquis. Il nous aura tout de même fallu patienter trois ans pour enfin pouvoir lire la suite du roman, mais il faut dire qu'Hervé Thiellement n'a pas chômé au cours de ces trois années. Il a ainsi pu retravailler intégralement sa saga Le Monde de Fernando (que je vous conseille !) en plus d'écrire la suite du Dieu était dans la Lune, Multiple était la Lune. Roman attendu par beaucoup, les quelque 200 pages qui le composent sont un petit plaisir malgré un manque de renouveau. Dans Multiple était la Lune, nous retrouvons nos amis, Gont, Chang, Lursu et les autres suite à leur première aventure. N'ayant plus de soucis financiers, ils ne voient pas de raison de repartir à travers la galaxie et l'univers, contrairement à l'anibulle Labette qui, elle, a décidé d'aller faire un petit tour. Un petit tour qui commence tout de même à être assez long, cela faisant presque un éon que ses amis n'ont pas eu de nouvelles d'elle, ce qui devient quelque peu inquiétant. C'est donc tout naturellement que l'équipe décide de reprendre la route à la recherche de Labette. Le problème à côté de cela, c'est que Dieu, la lune du nom de Gaude, est toujours là, et avec son syndrome de personnalités multiples, Gont et compagnie risquent d'avoir quelques difficultés au cours de leur nouvelle aventure…

Hervé Thiellement ne traine pas ! Dès le début et une fois le contexte de sa nouvelle histoire posé au travers de quelques lignes, le récit part à toute vitesse ! Pas le temps de profiter des vacances et des barbecues pour Gont et son équipage, cela fait trop longtemps que ça dure, alors c'est parti et on décolle pour une nouvelle aventure. Autant vous dire que ce n'est pas pour nous déplaire. D'une, parce que cela nous permet de retrouver les personnages du premier volume de la saga de la Lune de Boue, des personnages auxquels nous nous étions attachés et que l'on avait été triste de quitter. Ensuite, parce que l'on retrouve aussi l'esprit du roman, l'esprit d'Hervé Thiellement. L'un des avantages de Multiple était la Lune, c'est que le background, l'univers du récit est déjà mis en place. De ce fait, l'auteur peut se concentrer sur un renouvellement de son récit, de son scénario, en nous offrant des situations nouvelles, des aventures nouvelles, tout en conservant la force du titre et de son univers. Cependant, si Hervé Thiellement propose de nouveaux éléments scénaristiques, l'ensemble reste trop proche du Dieu était dans la Lune. C'est finalement le même récit à quelques détails près. Le parcours n'est pas le même, la raison n'est pas exactement la même, mais la finalité et les enjeux sont exactement les mêmes et le cheminement ne diffère pas tant de l'autre volume.

Cela dit, Thiellement continue d'imaginer des concepts et des lieux totalement dingues, mais vraiment drôles, sans se limiter, et tout en cherchant à briser les tabous de notre propre société ou à en ridiculiser d'autres. Il n'hésite pas non plus à critiquer, d'une manière parfois discrète, parfois très claire, mais toujours subtile et intelligente, de nombreuses choses, tout en partageant sa propre philosophie avec quiconque saura la comprendre, l'analyser, l'apprécier (ou non). On voit une certaine continuité entre ce qui a déjà été dit dans Le Dieu était dans la Lune ou le Monde de Fernando, une réflexion intéressante et approfondie que l'auteur dévoile et développe au fil de ses récits. Ce sont les mêmes idées qui sont exposées une fois de plus ici, et Multiple était la Lune est dans la continuation de ce que Thiellement a mis en place au travers de son œuvre. Il continue de nous pousser au questionnement sur notre raison d'être, sur notre manière d'être, de nous comporter, de vivre, de penser, sur l'évolution, etc. Sans mettre de côté, bien évidemment, les bonnes doses d'humour décapant.

Malheureusement, et malgré des chapitres courts et incisifs, l'engouement que l'histoire crée chez le lecteur est plus faible que pour le premier tome. On est content de retrouver cet univers, mais on prend moins de plaisir à partager cette aventure, et on s'attache moins aux personnages. On a des passages poignants, drôles et bien écrits, comme ceux sur la Lune, mais dans l'ensemble, le récit présent est inférieur au précédent. Alors oui, la mégalomanie et les multiples personnalités de la Lune donnent une nouvelle dimension au récit, mais reste que c'est moins intéressant à cause du fait que le renouvellement n'est pas suffisant là. Vient ensuite la plume d'Hervé Thiellement. Il fait preuve d'une grande simplicité dans son langage et son style rendant le tout parfaitement accessible, cependant, on voit souvent que ce style d'écriture est maladroit. C'est une force car cela se montre simple à comprendre, mais c'est aussi parfois une faiblesse car les tournures de phrases manquent de travail, d'autres perdent leur sens, etc.

Au final, Multiple était la Lune n'apporte pas grand-chose de neuf. Mais il reste un petit moment de lecture sympathique, amusant et rafraichissant. S'en priver serait dommage, mais ne vous attendez pas à un renouveau exceptionnel.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0