Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Cinq Livres du King

Pacôme Thiellement, philosophe de la culture pop, essayiste de talent ayant signé des ouvrages tels que Poppermost - considérations sur la mort de Paul McCartney, Économie Eskimo - le rêve de Zappa, Cabala - Led Zeppelin occulte, La Main gauche de David Lynch - Twin Peaks et la fin de la télévision, Les Mêmes yeux que Lost ou encore Tous les Chevaliers Sauvages - un tombeau de l'humour et de la guerre, romancier de génie à ses heures perdues avec l'excellent Soap Apocryphe, revient à la charge avec Les Cinq Livres du King, feuilleton littéraire illustré, en compagnie de Jonathan Bougard, pour un ouvrage si particulier mais pourtant magique.

On ne peut pas vraiment dire que Les Cinq Livres du King soit un nouvel ouvrage, tout du moins, son contenu n'est pas réellement nouveau. En fait, il s'agit de l'intégralité d'un feuilleton commencé par Pacôme Thiellement vers 2004 dans la revue quotidienne VV, poursuivi dans l'hebdomadaire Le Tigre, ayant continué son chemin dans un mensuel lui aussi nommé Le Tigre, pour finir ici, entre nos mains, dans un sublime recueil publié par Le Feu Sacré Editions. Mais que raconte donc ce feuilleton-ci ? L'histoire d'un certain nombre de personnages, des personnes qui avaient un don pour agacer, déranger et taper sur le système de ce cher Pacôme Thiellement. Alors Pacôme a décidé de leur jeter un sort ! Il a pris toutes ces personnes et les a mises dans son livre pour en faire des personnages. Ils ne sont autres que Jacques Chirac, Beyoncé Knowles, Yoko Ono, David Duchovny, Prince et d'autres encore, tous des mannequins, des acteurs, des chanteurs, des politiciens, etc. Mais en réalité, ils sont des agents infiltrés de la Fraternité de la Rose-Croix, des membres de la secte des Dugpas ou simplement des Muppets. Tous attendent l'Apocalypse, nerveusement, tandis que le spectre d'Elvis Presley leur rend visite pour leur conter en quelques mots des préceptes inspirés du bouddhisme.

Pacôme Thiellement relate donc des apparitions diverses du spectre d'Elvis Presley à des personnalités en tous genres, qu'il s'agisse de mannequins, d'acteurs, de chanteurs ou de politiciens. Usant d'un humour particulièrement absurde, de caricatures, et de références télévisuelles, cinématographiques, comme littéraires, Pacôme Thiellement dresse ici le portrait d'un monde qui se dirige tout droit vers sa fin, une fin proche et tragique dont l'humanité, ayant fait preuve d'une attitude exécrable, enchainant manipulations et trahisons pour parvenir à ses fins, à sa quête de pouvoir éphémère, en est la cause. Mais malgré le côté très humoristique mis en avant par l'auteur, il faut prendre au sérieux ce qui est écrit. Ce n'est pas simplement un ouvrage fait pour faire rire, c'est un ouvrage amenant une critique très développée et, de surcroit, intéressante de notre société. C'est intelligemment écrit, talentueusement narré. Pacôme Thiellement nous montre la crasse et la corruption qui ruine notre monde à travers une histoire dingue, psychédélique, délirante et imaginative, mais encore une fois, sérieuse. Personne n'est épargné, tout le monde en prend pour son grade. Pas nécessairement directement, mais tout le monde prend quand même !

L'écrit de Pacôme Thiellement est accompagné des illustrations de Jonathan Bougard. Peintre, auteur de BD, réalisateur de documentaires, mais dont la vie a toujours été imprégnée par la puissance du dessin. Cette puissance, il la retranscrit parfaitement au travers de ses illustrations, qui ne sont pas nécessairement jolies, mais qui possèdent une grande profondeur et qui, mises en commun avec les textes, deviennent particulièrement belles, se révélant ainsi en parfaite harmonie avec ce que raconte Thiellement. D'ailleurs, les dessins sont sans aucun doute bien plus psychédéliques que les textes ! Ces images font l'effet d'une bombe, elles sont impitoyables et dures. Bougard illustre à sa façon la pensée et les textes de Thiellement, et c'est réussi.

S'il peut sembler, au premier abord, quelque peu difficile de se plonger dans le feuilleton, il n'en est rien. Il suffit d'ouvrir votre esprit pour vous retrouver absorbé dans ce délirant feuilleton, empli d'une influence provenant de la pop culture, de la philosophie, se jouant de l'actualité et des polémiques qui font l'histoire de notre monde pour les détourner d'une façon plus ou moins romancée, feuilletonnée. C'est ésotérique, sarcastique, et le lecteur est forcément intrigué mais aussi perdu dans ce monde bizarre et fou que peignent Thiellement et Bougard, propageant le Zen, les valeurs et la sagesse bouddhique, une pensée que le grand Elvis "King" Presley répand en personne.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0