Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La légende d'Hercule, mais en fait ça parle pas du tout de ça mais juste d'un gros bourrin un peu bête qui veut avoir l'air intelligent et aussi un peu coucher avec sa copine (enfin je crois, je sais pas trop ce que j'ai regardé)

Une chose est certaine avec La légende d'Hercule, je ne vais pas être tendre. Ce film est une pure arnaque, un échec total, une foirade, un navet, une horreur qui n'aurait pas dû voir le jour. D'ailleurs, il serait peut-être temps de dénoncer les mauvais films… Le souci, c'est que ces mauvais films en question parviennent à sortir des studios alors qu'ils feraient mieux d'y rester bouclés à double tour. Enfin bref. La légende d'Hercule tente, tant bien que mal, de se présenter comme un péplum de qualité reprenant, comme son titre l'indique, la légende du célèbre Hercule, fils de Zeus. Malheureusement pour lui et pour Renny Harlin, réalisateur de Cliffhanger, Driven ou encore Peur Bleue, ce film n'est qu'un ramassis de niaiseries.

Avec La légende d'Hercule, Harlin a essayé de suivre la vague du péplum des années 2000 initiée par Gladiator, Troie, ou encore 300. Cependant, et comme beaucoup avant lui (La colère des titans, le choc des titans…), Harlin s'y est cassé les dents. C'est simple, sa Légende d'Hercule n'est qu'un repompé de 300, au niveau visuel comme dans la réalisation en elle-même. Sauf qu'ici, c'est moche, ça manque de dynamisme, les acteurs sont mauvais, le scénario est bancal et sans intérêt, ne cessent de s'éloigner de l'histoire d'Hercule. De manière générale, rien ne va dans ce métrage.

On a presque l'impression que le film a été réalisé avec un budget minable alors que celui-ci a eu droit à 70 millions de dollars. On se retrouve alors avec des effets spéciaux horriblement moches, une action mollassonne et des combats au ralenti histoire de servir de cache-misère au ridicule de la chose. Le tout servi par des acteurs qui veulent ressembler à des Spartiates dans 300, négligeant ainsi les scènes de bataille épiques pour nous faire du 300 bas de gamme. Car j'insiste, tout ici respire 300. Sauf que c'est moins sanglant, moins fun, moins passionnant. La seule chose qui ressort de ce film c'est que le scénario est bancal, les personnages ridicules, c'est vide et fauché. En plus, rien ne parvient à passionner le spectateur (il faut du courage pour passer les 5 minutes de visionnage) et le tout est régi par des codes scénaristiques qui font de ce péplum de base un truc bien moyen…

D'une ignoble niaiserie, ce nanar désobligeant ne mérite aucunement votre attention. Mais en tout cas, une chose est sûre : des 12 travaux d'Hercule, celui de se faire tirer le portrait de façon si dérisoire par Renny Harlin était certainement le plus difficile à accomplir…

La légende d'Hercule, réal. Renny Harlin, éd. Metropolitan, 91min., sortie vidéo : 23 juillet 2014.

La légende d'Hercule, mais en fait ça parle pas du tout de ça mais juste d'un gros bourrin un peu bête qui veut avoir l'air intelligent et aussi un peu coucher avec sa copine (enfin je crois, je sais pas trop ce que j'ai regardé)

Fiche technique :

Format : Couleur, Plein écran, Cinémascope, PAL
Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1) Audio description : Français
Sous-titres : Français
Sous-titres pour sourds et malentendants : Français

Synopsis :

Espérant libérer le peuple de son mari, le redoutable roi Amphitryon, la reine Alcmène implore l'Olympe. Zeus, dieu de la guerre, lui accorde un fils, Hercule, mais l'origine secrète de l'enfant lui vaut d'être rejeté par le roi qui lui préfère son aîné, Iphiclès.
Devenu jeune homme, Hercule tombe amoureux de la belle Hébé, mais Amphitryon a décidé de donner la princesse en mariage à Iphiclès. Alors qu'Hercule se prépare à s'enfuir pour pouvoir épouser Hébé, il est capturé par les gardes du roi et envoyé au combat, pour y être sacrifié.
Échappant par miracle à la mort, Hercule s'allie à Sotiris, son compagnon d'armes, pour mener la plus noble des quêtes : libérer le royaume de la tyrannie d'Amphitryon, arracher Hébé aux griffes de son frère, et prendre enfin sa vraie place, celle du plus grand héros que la Grèce ait jamais connu...

Bonus :

Commentaire audio
Les coulisses du tournage
Bandes-annonces

Tag(s) : #Critique Cinéma, #Cinéma

Partager cet article

Repost 0