Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'emprise du mal, le film que j'aime mais que je ne sais pas pourquoi

Bon, je ne vous cache clairement pas que je n'ai rien compris au film. Ou tout du moins, je ne l'ai pas immédiatement compris. En effet, Il a fallu attendre la fin du film pour que je comprenne ce qu'il voulait nous raconter. Même si ce n'est pas encore entièrement clair pour moi. Pourtant, j'ai beaucoup aimé ce film et je ne peux pas vraiment expliquer pourquoi… Je vais essayer de le faire au mieux, mais je pense que cela ne va pas être une tâche facile.

L'emprise du mal est réalisé par Miguel Angel Toledo qui signe ici son premier long métrage. Niveau scénario, Miguel Angel Toledo coscénario avec le plus ou moins célèbre Juan Carlos Fresnadillo connu pour être le réalisateur et scénariste de 28 semaines plus tard. Au casting, on trouve Gustavo Salmeron, Irene Visedo, Ricardo Trénor ou encore Ariel Castro. Si ces noms ne vous disent rien c'est normal puisque ces acteurs n'ont pas vraiment fait de films qui se sont importés à l'étranger ou qui ont marqué. C'est donc une équipe inconnue qui nous livre un objet assez mystérieux, un métrage étonnamment vide de sens du début à la fin mais qui parvient pourtant à captiver le spectateur… Un objet mystique, assurément...

L'emprise du mal, le film que j'aime mais que je ne sais pas pourquoi

Le film nous plonge au sein d'une famille en décomposition. Mais Raul, dans une dernière tentative pour sauver son mariage et recoller les lambeaux, emmène sa femme Ana et son fils Nico fêter Noël dans un chalet isolé en montagnes. Cependant, Samuel, leur plus proche voisin en montagnes, s'immisce dans leur vie tout en se rapprochant de plus en plus d'Ana et de Nico. C'est ainsi que le trouble s'empare de Raul qui se voit vivre une véritable descente vers la folie. Dès le début l'histoire se montre bizarre. Rapidement, Miguel Angel Toledo met en place une atmosphère et une ambiance particulière en plus d'instaurer un climat de tension, de pression. Cauchemars, hallucinations, effets visuels, tout est mis en œuvre pour nous faire peur et pour faire grimper cette tension de plus en plus palpable et oppressante. Avec chaque petit détail et chaque scène du film le réalisateur tente de nous effrayer. Parfois ça fonctionne, mais souvent cela tombe à l'eau à cause d'une mise en scène bancale et trop originale. En plus, c'est souvent assez ridicule parce qu'on a une grosse impression de surenchère puis on est toujours en train de nous suggérer que quelque chose de surprenant va se produire alors qu'il n'y a rien. Ou pas immédiatement en tout cas.

L'emprise du mal, le film que j'aime mais que je ne sais pas pourquoi

Mais il ne se passe pas grand-chose dans le film. Il faut un peu de temps pour que ça démarre. Ce qui est prenant dans le film, se passe au niveau de l'ambiance glauque et pesante. Ensuite, c'est le personnage principal, Raul, qui captive le spectateur. Il est toujours sur les nerfs, il est violent, il a du mal à contrôler ses pulsions et on s'attend au pire à cause de ses réactions paranoïaques et impulsives. Tout repose là-dessus. Mais en réalité, il n'y a rien de complexe dans l'histoire. Il ne s'agit que d'une banale histoire de tromperie à laquelle s'ajoute la descente du trompé vers la démence, il plonge dans sa schizophrénie et sa bipolarité et le tout tourne en drame familial quand le père disjoncte totalement. Comme je l'ai dit, rien de difficile à comprendre. Le truc c'est que l'on s'attend à beaucoup plus et cette simplicité ne saute pas aux yeux… Et c'est dommage parce qu'au scénario comme dans la réalisation, ils auraient pu pousser beaucoup plus loin, fouiller la chose au maximum. Là malheureusement c'est un peu plat.

L'emprise du mal, le film que j'aime mais que je ne sais pas pourquoi

Comme vous pouvez le voir, je n'ai pas beaucoup à dire. J'ai aimé le film pour le traitement de son ambiance et de la psychologie de son personnage (Raul). Le reste n'est pas très intéressant malgré une réalisation réussie et un bon film. Enfin, le mot de la fin sera pour moi : "Une boucle sans fin… ?"

L'emprise du mal, réal. Miguel Angel Toledo, éd. Wildside, 83-87 min, sortie : 7 mai 2014.

L'emprise du mal, le film que j'aime mais que je ne sais pas pourquoi

Fiche technique :

Format image : 2.35, 16/9ème comp. 4/3

Format son : Français DTS 5.1 & Dolby Digital 2.0, Espagnol Dolby Digital 5.1 - Sous-titres : Français

Durée : 1h23

Prix public indicatif : 16,99 Euros le DVD

Synopsis :

Dans une tentative désespérée pour sauver son mariage, Raúl emmène sa femme Ana et son fils Nico fêter Noël dans un chalet isolé au cœur des montagnes. Mais rapidement Samuel, un habitant du village voisin, s'immisce dans leur vie et se rapproche de plus en plus d'Ana et Nico. Un trouble s'empare de Raúl et des phénomènes étranges se succèdent, transformant ce havre de paix en véritable cauchemar...

Bonus :

- Making-of (24')

- Bande-annonce

+ la Copie Numérique du film

à télécharger

L'emprise du mal, le film que j'aime mais que je ne sais pas pourquoi

Fiche technique :

Format image : 2.35 - Résolution film : 1080, 24p

Format son : Français & Espagnol DTS HD Master Audio 5.1 - Sous-titres : Français

Durée : 1h27

Prix public indicatif : 19,99 Euros le Blu-ray

Synopsis :

Dans une tentative désespérée pour sauver son mariage, Raúl emmène sa femme Ana et son fils Nico fêter Noël dans un chalet isolé au cœur des montagnes. Mais rapidement Samuel, un habitant du village voisin, s'immisce dans leur vie et se rapproche de plus en plus d'Ana et Nico. Un trouble s'empare de Raúl et des phénomènes étranges se succèdent, transformant ce havre de paix en véritable cauchemar...

Bonus :

- Making-of (24')

- Bande-annonce

+ la Copie Numérique du film

à télécharger

Tag(s) : #Cinéma, #Critique Cinéma

Partager cet article

Repost 0