Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Funny Games U.S., Michael Haneke nous livre une seconde vision de son chef-d'oeuvre de 1994

Je me répète et je le dis souvent mais je n'aime pas les remakes. C'est la solution de facilité utilisée par le cinéma hollywoodien pour proposer toujours plus de films. De surcroit, je déteste encore plus les remakes US réalisés par le réalisateur du matériel d'origine. Je n'aurais donc logiquement pas dû regarder le sobrement nommé Funny Games U.S., remake par Michael Haneke datant de 2007, du Funny Games de Michael Haneke datant de 1994. Comme on peut le voir avec le titre de ce métrage, les Américains sont très friands de "déjà-vu" puisqu'ils sont très demandeurs de remakes. Ou bien n'ont-ils aucune culture cinéma en dehors de ce qui se fait chez eux ? Passons. Ayant beaucoup aimé l'original, je me suis laissé tenter, et finalement, je n'ai pas du tout été déçu.

Tout démarre alors qu'Ann et George, ainsi que leur fils Georgie se rendent à leur maison de campagne. La famille reçoit la visite de deux jeunes hommes, polis et corrects, bien éduqués. Ils ont simplement besoin d'œufs pour Eva et Fred, les amis d'Ann et George chez qui ils logent. Mais rapidement, les choses dégénèrent, et la famille, venue pour des vacances au calme, se retrouve emportée dans un jeu auquel elle aurait souhaité ne pas jouer.

Dès le début du film, dès les premières secondes d'images, la bande-son l'annonce, Funny Games U.S. sera intelligent et brutal à la fois. Michael Haneke met rapidement en place l'ambiance de son film, ce côté particulièrement tendu et bizarre. Il ne faut pas plus de quelques minutes pour que l'on comprenne que quelque chose ne tourne pas rond. Il fait monter la pression, commence à nous faire peur, et il suffit de la première apparition des deux jeunes garçons, Paul et Peter, pour que l'on s'aperçoive que rien ne va plus. Et dès cet instant, l'ambiance, déjà pesante, devient horriblement lourde. Rapidement, on se met à penser à Stanley Kubrick et son génialissime Orange Mécanique. Tout dans l'œuvre qui nous est présentée est fait au millimètre près, au détail près. Rien n'est laissé au hasard, c'est orchestré du début à la fin pour que le film se déroule sans accroc afin de ne jamais perdre le spectateur. Que ce soit l'excellente mise en scène ou bien le choix des cadrages, tout se joue à la seconde. Jamais l'on ne voit de violence, pourtant, Funny Games U.S. est éprouvant : par son traitement insupportable et dur de la violence d'une part, par l'horreur qui nous est suggérée d'autre part.

Durant presque deux heures, on est littéralement scotché devant ce qui se passe sous no yeux. La tenson monte crescendo, l'ultra-violence est omniprésente et lourde à supporter, parfois même pénible, mais son impact est fort, on est poussé dans nos derniers retranchements. Comme je le disais, on ne voit que peu de violence, ce qui est violent est souvent suggéré, pourtant, de par son efficacité et sa dureté, le film se montre dérangeant, et la manière dont est traitée la violence le rend extrêmement malsain et pervers. C'est un jeu, les tortionnaires s'amusent à faire du mal à cette petite famille bourgeoise avec qui ils n'ont jamais eu le moindre souci. C'est gratuit, mais il y a un sens à tout ça, ce n'est pas une simple effusion d'horreur, ce qui rend Funny Games comme Funny Games U.S. si plaisant à voir. Trop souvent, les réalisateurs cèdent à la violence facile, je pourrais citer de nombreux films comme ça. Mais Michael Haneke évite tout cela, Funny Games U.S. ne fait que montrer la violence de notre époque, au travers d'une histoire troublante. Autant vous dire que Michael Pitt et Brady Corbet y sont pour beaucoup. Ils portent le film du début à la fin et livrent ici une prestation terrifiante et intelligente. Certes Naomi Watts, Tim Roth et Todd Gearhart font un super boulot d'acteur, mais au final, peu importe qui se trouvent en face de Pitt et Corbet. Ils ne sont que de banales victimes.

On peut déplorer ici un aspect quelque peu commercial, financier. Cela dit, Funny Games U.S. apporte une vision nouvelle d'une violence actuelle. Déjà dur en 1994, il l'est tout autant en 2007 et 2014, et ça a beau n'être qu'une copie identique de la précédente, elle n'en reste pas moins éprouvante. Mise en scène intelligente, acteurs intelligent, violence intelligente et manipulation intelligente, on se laisse transporter thriller stressant et travaillé de bout en bout.

Funny Games U.S., réal. Michael Haneke, éd. Warner Bros, 111 min, sortie : 02 mai 2014.

Funny Games U.S., Michael Haneke nous livre une seconde vision de son chef-d'oeuvre de 1994

Fiche technique :

Format : Couleur, Cinémascope
Audio : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 5.1)
Sous-titres : Français, Anglais

Synopsis :
Alors que Ann (Naomi Watts), George (Tim Roth) et leur fils profitent de leur maison de campagne, deux charmants jeunes hommes leur rendent une visite inattendue : bien éduqués, éloquents, ils arborent un sourire radieux et de jolis survêtements blancs. Ces derniers souhaitent les faire participer à un jeu. Les règles sont simples : “Vous pariez que vous serez toujours vivants demain à 9h00 ? Nous parions que vous serez déjà morts. Partants ?” Dans ce thriller épuré, basé sur son film éponyme de 1997 qui fut acclamé par la critique, le réalisateur Michael Haneke parvient à nous plonger dans une atmosphère angoissante, en nous projetant sans cesse entre peur glaciale et surprise dérangeante… La famille se retrouve véritablement prise au piège de ces deux psychopathes sanguinaires. Toutes leurs tentatives de fuite sont déjouées, chaque option est fermée et chaque heure qui passe les rapproche un peu plus de la mort. Jeux violents, jeux dangereux, jeux de vie ou de mort. Funny Games U.S. Envie de jouer ?

Tag(s) : #Cinéma, #Critique Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :