Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Vieux Fourneaux, ont fait le plein d'énergie !

Titre : Les Vieux Fourneaux T1 : ceux qui restent
Éditeur : Dargaud
Artiste : Lupano (scénariste) et Cauuet (dessinateur)
Date de sortie : 11 avril 2014
Prix : 11€90
Description : Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d'enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un oeil tourné vers un passé qui fout le camp, l'autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le coeur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu'il n'y a pas d'âge pour commettre un crime passionnel.

Une BD avec que des petits vieux dedans, ce n'est pas très convaincant. Mais si je vous dis que c'est Lupano qui se charge du scénario, vous êtes tout de suite plus enchanté, n'est-ce pas ? Il faut dire que Lupano s'est imposé comme l'un des meilleurs scénaristes de ces dernières années avec des séries telles Alim le tanneur, L'ivresse des fantômes, Azimut, L'assassin qu'elle mérite, et un tas d'autres encore. D'ailleurs, le premier tome des Vieux Fourneaux vient, une fois de plus le prouver, et ce, pour le plus grand bonheur de ses fans. Au travers de 54 planches, nous découvrons trois vieillards, Antoine, Emile et Pierrot, d'anciens anarchistes, syndicalistes et révoltés qui ont pour certains, laissé tomber tout ça, pour d'autres, continué à lutter et à défendre leurs idées, mais qui ont tous finalement du mal à mettre leurs combats d'antan et leurs vieilles rengaines de côté. Si le récit débute comme une banale chronique sociale avec des anciens sympathiques, on se retrouve très vite plongé dans un road trip vers la Toscane très drôle et passionnant. Cela dit, l'aspect chronique sociale reste bel et bien présent, avec des personnages très travaillés dans la forme comme dans le fond, une intrigue rudement bien menée, et un choc des générations amené par la belle et sympathique Sophie, jeune future maman célibataire qui, malgré une grande affection pour eux, reproche aux générations passées de laisser un monde en désuétude aux générations futures. Mais cette Sophie n'ayant pas sa langue dans sa poche apporte une touche de socialisme avec des revendications très pertinentes sur le monde, la politique, etc - il est certain qu'elle tient ça de son grand-père, Antoine. Le tout est amené avec beaucoup d'humour, d'amitié, de tendresse et d'émotion sur fond de lutte des classes. On se laisse facilement attendrir par cette petite bande de vieux loups de mer qui ne cherchent finalement qu'à poursuivre un combat pour lequel ils sont jugés trop vieux et dans lequel on ne les écoute plus. Mais ça n'aurait certainement pas eu le même effet sans le style très fin de Cauuet. Dès la première page, on est surpris par la finesse et la souplesse de son trait qui donne l'occasion de dessiner des vieux bien en forme et pleins d'énergie pour partir à nouveau dans des aventures totalement dingues. Un voyage en Toscane, des secrets dévoilés, un scénario au poil, un dessin parfait, des personnages amusants et attachants. Ce premier tome des Vieux Fourneaux est un pur bonheur, et la suite s'annonce plus que bonne !

Tag(s) : #BD & Comics, #Critique BD

Partager cet article

Repost 0