Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noire Finance, face cachée de l'argent

Titre : Noire Finance
Réalisateur : Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi
Scénariste : Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi
Producteurs : Paul Rozenbert, Zadig Productions
Acteurs : -
Éditeur DVD : Éditions Montparnasse
Date de sortie : 2 janvier 2014
Format disponible : DVD
Description : Récit très structuré alternant propos de spécialistes, scènes d’animation pédagogique et images d’archives sélectionnées avec soin, Noire Finance est décliné en deux volets indépendants : d’une part, un véritable cours d’histoire politique et économique retraçant, depuis la crise de 1929, les différentes étapes qui ont conduit à la financiarisation de l’économie mondiale ; et d’autre part, un décryptage des logiques boursières de la décennie écoulée qui ont mené à la crise actuelle.

Qu’avons-nous retenu ? Quelles leçons en avons-nous retiré depuis 2008 ?

  • Partie 1 : La pompe à phynances
  • Partie 2 : Le bal des vautours
Noire Finance, face cachée de l'argent

Caractéristiques DVD :

Format image : Couleur et N&B – 16/9
Format Son : Version Française
Sous-titres : -
Durée : 139 minutes
Nombre de disques : 1
Prix : 15€

N'est-ce pas le moment propice pour parler de finance ? A une époque où le gouvernement applique une politique d'austérité et en profite pour faire ami-ami avec le patronat ? A une époque où le peuple doit se serrer la ceinture pendant que les grandes banques spéculent avec son argent durement gagné ? Il me semble que si, mais j'ai même mieux, un documentaire nommé Noire Finance.

Noire Finance est un documentaire divisé en deux parties, La pompe à phynances et Le bal des vautours. Au travers de ce film de plus de 2h, Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi retrace l'histoire de la finance et de l'économie, de 1929 et le Krach bousier de Wall Street jusqu'à aujourd'hui, en passant par la crise des subprimes des années 2000. Mais c'est la face cachée de la finance que l'on découvre, celle des barons voleurs tels Samuel Sachs, John Pierpont Morgan, ou de Richard Whitney ainsi que celle des hommes d'affaires de maintenant comme Tapie ou Richard Fuld. On nous explique notamment comment une "simple" crise boursière comme celle de Wall Street en 1929 peut devenir une crise bancaire puis économique, ainsi que ses lourdes conséquences sur le monde. Cependant, tout ou presque y est évoqué, la nationalisation des banques, la libéralisation des flux financiers, les produits dérivés, l'effondrement de l'économie, etc. Finalement, toutes les techniques utilisées pour spéculer le plus possible et faire un maximum de profit sur de l'argent emprunté ou sur les déficits publics.

Mais la question que se posent les deux réalisateurs est simple en plus d'être un réel problème. Pourquoi l'argent public va-t-il aux banques privées qui se retrouvent en faillite ?

Autre point d'études du documentaire. La crise des subprimes, l'éclatement de la bulle internet et immobilière, les "pièges à pauvre", ces ménages qui s'endettent pour conserver un certain confort en étant logé dans une maison, sans pour autant que leur salaire augmente. Tous ces prêts distribués par les caisses d'épargne qui savaient très bien qu'ils ne seraient jamais remboursés, des prêts fictifs, frauduleux qui ont mené à relancer une crise mondiale du fait du soutien apporté par le publique au privée. Mais le but principal de ces caisses d'épargne était seulement de pouvoir blanchir de l'argent qui venait, quant à lui, du crime, de l'argent sale. Bien sûr, cela ne pouvait pas fonctionner infiniment, le tout s'est effondré et 125 milliards de dollars ont été nécessaires pour les sauver à nouveau. Ce n'est autre que le monde des banksters, ces gangsters de la finance, des traders, des courtiers, les nouveaux riches d'aujourd'hui.

Ce reportage est donc un portrait de la finance plutôt anticapitaliste, une plongée au sein même de la corruption du milieu financier. Les deux réalisateurs décortiquent pour nous les mécaniques qui mènent aux crises économiques que l'on a connues et que l'on risque de connaître d'ici quelques années, et on nous dévoile une partie de ces secrets qui englobent la finance, une partie de ce qui se passe sous nos yeux mais que l'on ne peut voir. La finance est une machine devenue totalement incontrôlable sauf pour quelques initiés qui en profitent pour s'en mettre plein les poches, et on déplore un véritable manque de surveillances des différents traders, courtiers, et autres agents de la finance, et qui oblige toujours le publique à payer pour le privée et leurs fautes. Le reportage reste tout de même assez complexe à comprendre, notamment les explications des nombreux intervenants du monde de la finance et de l'économie. C'est pourquoi il est coupé par quelques petites animations qui viennent illustrer de manière assez simple les propos des différentes personnes.

Pour résumer ce magnifique documentaire qu'est Noire Finance, je dirais 80 années de finance noire, de magouilles, et de techniques malhonnêtes pour régner en maitre sur un monde corrompu. Depuis trop longtemps maintenant, la finance n'est là que pour créer de la dette, négocier, et faire circuler ces dettes. Enfin, et pour clore cet article, je finis, comme Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi, par une seule chose : les membres les plus influents de ce monde financier disposent de 95 milliards de dollars pour salaire alors qu'ils sont responsables de 1 000 milliards de dollars de pertes. Mais tout vas bien, laissons-les gérer notre monde.

Tag(s) : #Critique Cinéma, #Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :