Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Testament du Magicien Ténor, la mort d'un magicien

Titre : Le Testament du Magicien Ténor
Auteur : César Aira
Illustrateur : Henri Rousseau
Éditeur : Christian Bourgois
Pages : 149
Quatrième de couverture : À l’article de la mort, dans la grande demeure délabrée où il réside en Suisse, le Magicien Ténor convoque le président Hoffmann pour lui remettre son testament. Il fait de Bouddha l’Éternel son unique bénéficiaire. Mais quelle est la nature exacte de cet héritage ?

Quel intérêt la société Brain Force trouve-t-elle à soutenir financièrement ce Bouddha, ruiné et retiré dans une vallée reculée de l’Inde ? Jean Ball, l'assistant d'Hoffmann, va-t-il découvrir un mystérieux secret en traversant l’océan pour remettre à Bouddha l’enveloppe que le Magicien Ténor lui a destinée ?

César Aira, écrivain argentin, est l'auteur de pas moins de quarante romans, pourtant, il reste totalement méconnu en France, lui qui aime tant les classiques de la littérature française. Heureusement pour nous, il existe les Éditions Christian Bourgois qui se sont chargées de publier, entre autres, Le Testament du Magicien Ténor, l'un des derniers ouvrages de César Aira.

Avec le Testament du Magicien Ténor, César Aira nous offre un voyage à la fois étrange et magnifique, de la Suisse aux vallées du Pendjab en Inde. Mais commençons par le début. Le Magicien Ténor, un vieillard seul, oublié et à la retraite, se meurt, couché dans son lit, enfermé dans sa grande demeure. Hoffmann, du barreau de Lausanne, accompagné de son jeune assistant, Jean Ball, lui rendent visite car, Ténor étant un ancien magicien, il avait pour habitude de vendre ses tours avec l'aide de l'avocat Hoffmann. Mais cette fois-ci, c'est une demande un peu spéciale… Le Magicien Ténor veut…léguer son dernier tour à…Bouddha l'Éternel avant de mourir. Jean Ball se voit alors confier la mission de remettre, en main propre, l'enveloppe contenant le fameux tour à Bouddha l'Éternel.

Ce roman de César Aira est en réalité plus une longue nouvelle qu'un véritable roman. En effet, celui-ci fait seulement 149 pages, de ce fait, je n'ai pas beaucoup de choses à dire à son propos. Cela dit, ce roman est une pure merveille d'inventivité, un super périple à travers l'Inde, mêlé de quelques rencontres fascinantes. Palmyra, une jeune femme très belle qui retourne vivre à Bombay avec sa mère, Bouddha l'Éternel, une minuscule divinité sans argent, agissant comme un enfant qui découvre le monde, ainsi que sa gouvernante, Madame Gohu qui aime le taquiner, et "appartenant" tous deux à la mystérieuse société Brain Force, en charge de leur image. La présence de ces deux derniers personnages apporte une bonne dose d'humour et de philosophie à l'ouvrage. Dans l'histoire, complètement absurde, se côtoient personnages fictifs et personnages historiques, plaçant ainsi le récit dans notre réalité, et c'est très plaisant. Le style de César Aira est lui aussi un vrai plaisir. Il suffit de lire la longue mais magnifique description qu'il fait de la grande propriété abandonnée de Ténor pour comprendre toute la puissance de son écriture, vive et rythmée, tout comme l'intrigue mystérieuse mais rondement menée qui se développe au fil des péripéties improbablement drôles de Jean.

Si en lisant Le Testament du Magicien Ténor vous vous retrouvez perdu dans un monde inconnu, n'ayez pas peur, c'est que vous êtes plongé au sein même du délicieux univers établi par César Aira. Laissez-vous simplement emporté par les mots de l'auteur, riez et voyagez avec lui !

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :