Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Segments T3 - Neo-Sparte, un album puissant

Titre : Segments T3 - Neo-Sparte
Éditeur : Glénat BD
Artiste : Richard Malka (scénariste) et Juan Giménez (dessinateur)
Date de sortie : 12 février 2014
Prix : 13€90
Description : Si l’on s’en tient à la prophétie, l’Univers n’a plus que six semaines pour échapper à la stérilité. Afin d’empêcher ce tragique destin et mettre un terme au Segmentisme, Loth et Jezréel doivent trouver une statue sur Muse, la planète des Arts, sur laquelle sont inscrites les coordonnées de la planète des origines, celle dont proviennent les Guides. Mais leur vaisseau tombe en panne et doit faire halte sur Néo-Sparte dans le secteur de la Guerre. Ici, on ne jure que par le sang. Aussi le seul moyen pour eux de réunir les crédits nécessaires aux réparations est de participer à un tournoi, dans lequel les plus redoutables combattants de la galaxie s’affrontent…

La SF pure et dure se fait de plus en plus rare dans le milieu de la bande dessinée, même si la SF "nouvelle génération" continue son périple bédéesque. Heureusement, on trouve encore des chefs-d’œuvre, notamment Universal War I et II de Barjam. Mais pas que puisque, depuis 2011, Richard Malka et Juan Giménez officient en tant que scénariste et dessinateur sur la série Segments dont le troisième tome, Neo-Sparte, vient de paraitre chez Glénat.

Il n'est plus vraiment utile de vous présenter le grand Juan Giménez, dessinateur de La Caste des Méta-Barons ou encore de la série Léo Roa. Ni même son acolyte, Richard Malka, avocat du journal Charlie Hebdo, et scénariste de quelque 20 albums de BD. La série Segments signe la première collaboration des deux bonshommes, et si Giménez est un spécialiste de la science-fiction, retrouver Malka (scénariste de L'orde de Cicéron, Section Financière, Pulsions ou encore La Face Karchée de Sarkozy) sur un projet BD comme celui-ci est assez surprenant, étant donné que la SF est un genre sur lequel il n'avait pas travaillé avant 2011.

Pourtant, il s'en sort parfaitement bien en nous proposant un cycle à la fois riche et cohérent, mais aussi très original. Il a su mettre en place une véritable mythologie autour de sa série, et une mythologie très inventive, d'une part avec son UGFS (Union Galactique des Fonctions Segmentées), dans laquelle chaque planète, nommé secteur, correspond à un seul domaine, comme le Travail, l'Ordre, la Guerre, etc. D'autre part avec l'Encyclopédie Galactique, qui regroupe l'histoire de son univers, un mixe entre réalité et imaginaire, sans oublier la mythologie au sens premier du terme, les croyances, etc.
Enfin, nous retrouvons aussi une technologie propre et de nombreux gadgets, souvent dérivés de la notre, mais dérivés de manière à les rendre nouveaux.
À la manière de George Lucas et de sa saga Star Wars, Richard Malka nous livre une saga intergalactique unique et intelligente, dans laquelle il nous transmet sa vision du monde au travers de ses personnages, des aventures qu'il leur fait vivre, tout en le critiquant. J'ai trouvé que le tome 3 représente plutôt bien la tournure que prend notre société actuelle. De moins en moins d'espoir de survie, l'humanité se laisse abattre par ceux qui ont le pouvoir, ainsi que les religions, qui, en même temps, reprennent le dessus sur le reste des hommes. En somme, nous sommes assez proches de la réalité

Malgré ses 70 ans, Juan Giménez a encore suffisamment de force dans les mains pour nous offrir des planches particulièrement puissantes, oppressantes, et efficaces à la fois, qui ne laisseront personne indifférente à l'histoire qui est contée. Avec un graphisme très réaliste, le récit prend une tout autre tournure aux yeux du lecteur, il se transforme en un avenir tout à fait possible. On a vraiment l'impression, en lisant le tome 3, que les gens régressent vers un passé lointain, et que les mentalités diminuent elles aussi. Comme si tous les progrès sociaux étaient effacés à jamais…Un futur qui fait peur, digne des plus grandes histoires de Cyberpunk écrites !

Un récit qui dégage une force rare. Que ce soit au niveau du dessin que du script, on sent que les auteurs y sont allés avec leurs tripes. Chacun y va de sa petite touche personnelle pour peindre la décadence d'un univers pourtant si avancé technologiquement… Espérons que cela reste fiction. Dans tous les cas, les événements de ce tome 3 de Segments font peur, mais qu'est-ce que c'est bon à lire !

CITRIQ
Tag(s) : #Critique BD, #BD & Comics

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :