Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Broken Age : Acte I, le test

Titre : Broken Age : Acte I
Éditeur : Double Fine Productions
Développeur : Double Fine Productions
Genre : Jeux d'aventure point'n click
Plateforme : PC (disponible sur Steam)
Date de sortie : 14 janvier 2014
Description : Broken Age est un jeu d'aventure point'n click développé par Double Fine Productions dans lequel vous incarnez Shay et Vella, deux jeunes gens en quête de liberté.

Contrairement à ce que beaucoup disent, le point'n click n'est pas un genre délaissé par tous les joueurs. La preuve avec le très attendu Broken Age, avec aux commandes Tim Schafer, ancien de chez LucasArts, à l'origine de la grande série des Monkey Island ou du plus récent The Cave. Autant vous dire que lorsqu'on nous annonce un retour aux sources, on l'attend avec impatience !

Tim Schafer est l'un des premiers (si ce n'est le premier) à avoir fait appel aux fans, via Kickstarter et le financement participatif, afin de regrouper des fonds pour produire un jeu vidéo. Et visiblement, cette technique a bien fonctionné puisque d'une, le jeu a pu être financé et donc sortir, et deux, cela a lancé une nouvelle mode dans le paysage vidéoludique.
Sachez cependant que le jeu a été découpé en deux parties, l'Acte 1, dont je vais vous parler, et l'Acte 2 qui sortira prochainement et sera disponible gratuitement. Je reviendrai sur ce second acte en temps voulu.

Un scénario, deux personnages, deux histoires, une rencontre….

Broken Age : Acte I, le test

Dans ce Broken Age : Acte I, nous suivons, en parallèle, l'aventure de deux personnages. Un jeune homme, nommé Shay, qui vit dans un vaisseau spatial au milieu de nulle part, plus précisément, quelque part dans l'espace. Shay rêve de s'évader, s'échapper pour partir à l'aventure, sauver des gens, etc. Malheureusement pour lui, il est retenu par sa "mère", une IA qui le surprotège en surveillant et contrôlant le moindre de ses faits et gestes afin d'éviter toutes actions qui ne cadreraient pas avec la routine habituelle. Jour après jour, Shay fait et refait les mêmes choses, dégouté par la vie.
De l'autre côté, nous avons Vella, une jeune fille qui s'apprête à se faire dévorer par une énorme créature du nom de Mog Chotra, sous le regard émerveillé de sa famille et de son village, lors d'un bal particulier qui a pour but de donner de jeunes filles en pâture à Mog Chotra afin que ce dernier ne s'attaque pas aux villages.Toutefois, Vella, l'âme rebelle de son grand-père, décide de s'échapper afin de tuer Mog.

Si à première vue l'histoire de ce Broken Age parait assez simpliste, voire même dérisoire comparée à ce que l'on trouve aujourd'hui, sachez que vous vous trompez ! Le scénario du jeu recèle de subtilités, de petits mystères et de surprises que vous prendrez plaisir à découvrir tout au long de votre aventure. Il faut savoir que Tim Schafer est un grand narrateur, et avec Broken Age, il maitrise parfaitement son récit et sa narration qui donne un tout passionnant. Chaque petit détail de l'histoire est en réalité un indice quant au dénouement de l'aventure, et Tim Schafer s'amuse à les dissimuler un peu partout, que ce soit dans les dialogues, au passage très drôle, ou dans les décors. Mais c'est au moment du dénouement que tous ces petits détails prennent une importance et une dimension tout autre. Globalement, le scénario de Broken Age est assez mystérieux dans le sens où l'on ne connait finalement que peu de choses sur les personnages et sur leur histoire, mais au fil du jeu, le voile se lève...

Une direction artistique du tonnerre !

Broken Age : Acte I, le test

Si le scénario que nous propose Tim Schafer se montre raffinée et d'une grande richesse, le design général du jeu l'est tout autant. Malgré un "retour aux sources", nous n'avons pas de pixels ici, à l'inverse, nous pouvons découvrir de magnifiques tableaux 2D animés très réussis sur lesquels nous évoluons au cours de l'aventure. L'univers graphique de ce titre est assez exceptionnel et vraiment unique, les personnages, les animations, les plans, les décors, etc, tout dans Broken Age est à part et nous transportent à des kilomètres de notre petit chez nous. Jouer à Broken Age, c'est vivre des instants magiques et inoubliables. En plus de cela, le fait que l'aventure soit décomposée d'une part par l'histoire de Vella et d'une autre par celle de Shay, permet d'avoir une certaine diversité dans les environnements visités, et surtout du côté de Vella qui est en extérieur et dans des endroits assez improbables tandis que Shay est constamment dans son vaisseau.

Niveau sonore, le jeu possède aussi ses petites qualités. La BO dispose d'une sonorité épique plutôt plaisante, mélangeant les différents styles de musique, et faisant parfois monter la tension pour mettre la pression au joueur, ou, au contraire, nous permettant une petite relaxation, tranquille, sur des airs doux, calme et agréables. Et même si le jeu n'a pas eu droit à un doublage en français, il est entièrement sous-titré (en français cette fois-ci), vous pourrez donc lire les textes de vos personnages tout en vous laissant bercer par les voix originales d'Elijah Wood, de Wil Wheaton, ou encore de Jack Black !

Un gameplay à l'ancienne

Broken Age : Acte I, le test

Comme promis, le gameplay de Broken Age est très similaire à celui des anciens jeux du même genre. Tout se fait à la souris, avec un accès aux options via le haut de l'écran et un accès aux objets collectés via le bas de l'écran et un gros pointeur en croix. Un gameplay classique, en somme, rien d'innovant, mais dans tous les cas, l'intérêt du titre ne réside pas dans un gameplay novateur mais dans sa direction artistique qui fait fortement penser aux titres des années 90. Titres qui proposaient alors des énigmes. Ces énigmes, que l'on retrouve dans Broken Age, sans être particulièrement difficile à résoudre, si ce n'est deux ou trois qui vous donneront un peu plus de fil à retordre, restent fort sympathiques à élucider, et la plupart se font avec humour mettant le joueur en joie. Le jeu est destiné au grand public, il faut donc qu'il soit adapté au plus grand nombre (au détriment des professionnels du point'n click).

Tout au long du jeu, vous aurez la possibilité de passer librement d'un personnage à l'autre. Sachez que cela n'a pas vraiment d'intérêt puisque, outre le fait de vous perdre, cela n'apportera rien à la compréhension de l'histoire étant donné qu'elles ne sont pas directement liées l'une à l'autre. Toutefois, le dénouement de cette première partie laisse penser que dans la suite, les deux personnages seront beaucoup plus connectés en plus d'annoncer un plein en surprises et en rebondissements à l'image de cette première partie. Seul petit regret, la durée de vie, 4 à 5h grand maximum. C'est un peu court. Certes le jeu est en deux parties, mais devoir s'arrêter au milieu d'une aventure si prenante est un peu dommage…

Tim Schafer le voulait, Tim Schafer l'a eu, son point'n click à l'ancienne réussi, à l'univers original et rafraichissant. Tim Schafer prouve que le jeu d'aventure point'n click n'est pas mort grâce à un scénario drôle et prenant, un design unique et une narration au poil. De quoi raviver l'intérêt des joueurs pour ce genre malgré tout oublié par beaucoup. Peut-on parler du renouveau du point'n click ?

Les plus :

  • Un scénario très bien écrit et une superbe narration.
  • Une direction artistique magnifique.
  • Un univers graphique unique.
  • Une fin très prometteuse.

Les moins :

  • Un jeu trop court.
  • Un découpage en deux épisodes qui nous coupe dans notre lancée, frustrant.
  • Des énigmes trop simples.

Note :

18/20

Tag(s) : #Jeux vidéo

Partager cet article

Repost 0