Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Stratégie Ender, un classique de la science-fiction

Titre : Cycle d'Ender T1 - La Stratégie Ender
Auteur : Orson Scott Card
Illustrateur : -
Éditeur : J'ai Lu
Pages : 380
Quatrième de couverture : La stratégie Ender Andrew Wiggin, dit Ender, n'est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses faits et gestes sont observés par l'intermédiaire d'un moniteur greffé dans son cerveau. Car ceux qui l'ont conçu ambitionnent de faire de lui le plus grand général de tous les temps, le seul capable de sauver ses semblables de l'invasion des doryphores. Et alors qu'Ender suit pas à pas le dur chemin de son apprentissage de guerrier, ses créateurs mesurent la gravité de leur choix : en donnant naissance à un monstre, n'ont-ils pas damné l'humanité elle-même ?

Pour marquer le coup avec l'adaptation au cinéma du premier volume du Cycle d'Ender, La Stratégie Ender d'Orson Scott Card, les Éditions J'ai lu nous propose une nouvelle édition de ce premier tome, un classique de la science-fiction. Résumons rapidement ce roman… Andrew Wiggin, aussi appelé Ender, et comme ses ainés avant lui, il est doté d'un moniteur permettant de contrôler leurs faits et gestes. Mais pourquoi ? Parce qu'Ender est celui qui doit mener l'humanité à la victoire face aux doryphores. C'est pourquoi il est emmené dans une école afin d'y subir, avec d'autres enfants, un entrainement militaire extrêmement dur qui fera de lui une arme sans vie, sans humanité, sans sentiment…
La stratégie Ender mérite pleinement ce statut de classique de la SF. L'univers mis en place par Card est, je trouve, l'un des plus passionnants qui existent. Mais il vous faudra une bonne dose de courage pour lire cet ouvrage, âmes sensibles s'abstenir, le destin que les hommes réservent à Ender n'est pas des plus jolis…L'histoire est froide et oppressante, l'univers est très froid et oppressant. Ne serait-ce qu'à cause du sort qui est celui de nombreux enfants. Qui aurait envie de naitre dans le simple but d'être utilisé comme chair à canon, d'être transformé en bon petit soldat ? Tous ces gamins perdent ce qui fait d'eux des Hommes. Et pour Ender, c'est pire puisqu'il est l'arme ultime, une énorme pression pèse sur ses épaules. Et tout au long du récit, on sent clairement qu'Ender perd peu à peu cette humanité, il n'est plus un enfant. Mais je pense que sans Orson Scott Card, ce roman n'aurait pas eu le même impacte. Card ne cesse de pousser Ender jusqu'au bout, et nous par la même occasion, créant une tension rythmée par une narration très soutenue.
Vous ne pouvez pas passer à côté de La Stratégie Ender, vous devez absolument le lire !

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0