Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Chien qui Louche, une véritable oeuvre d'art

Titre : Le Chien qui Louche
Éditeur : Futuropolis
Artiste : Étienne Davodeau (scénariste et dessinateur)
Date de sortie : 24 octobre 2013
Prix : 20€
Description : Fabien est surveillant au Louvre. Il aime son métier. Il aime aussi Mathilde. Celle-ci le présente à sa famille, dans la vaste maison de campagne près d’Angers. Non sans appréhension, car le clan Benion est un peu spécial. Il y a son père, Louis, qui est à la tête depuis 1975 de l’entreprise familiale de meubles, fondée en 1947, et ses deux frères, Maxime, l’aîné, et Joseph. Ils ne sont pas méchants, plutôt maladroits et ont un humour qui n’est pas forcément subtil. Le fait que Fabien travaille au Louvre est une coïncidence bienvenue, puisqu’ils viennent de retrouver au grenier, le tableau d’un aïeul, peint au XIXe siècle. C’est une affreuse toile représentant un pauvre clébard qui louche. Que vaut le travail de l’ancêtre ? demandent les Benion. Est-ce une croûte ou un chef-d’œuvre ? Fabien, bien emmerdé, botte vaguement en touche. Alors, pour les Benion, la cause est entendue, tant que l’inverse n’est pas prouvé, nul doute que le tableau ait sa place sur les cimaises du musée du Louvre ! On s’en amuse et Fabien espère que tout ça n’est qu’une lubie. Jusqu’au jour où, les deux frangins débarquent au Louvre et s’enquièrent de ses démarches. Le Chien qui louche au Louvre serait la preuve de son engagement pour marquer son entrée dans la famille Benion ! Alors là, Fabien est très mal. C’est de Monsieur André Balouchi que viendra son salut. Il est l’un des visiteurs les plus assidus du musée et fait partie de la très secrète République du Louvre, qui s’intéresse au bizarre, à l’aléatoire, à l’improbable…

Un nouveau Davodeau, ça vous tente ? Tant mieux pour vous, c’est exactement de ça que je vais vous parler avec son dernier album sorti fin octobre chez Futuropolis, Le Chien qui Louche, une réussite pour cette rentrée !

Avec un certain talent, Étienne Davodeau peint la vie tranquille de Fabien, surveillant au Louvre. Celui-ci rencontre la famille de sa petite-amie, Mathilde. Mais très vite, on va lui confier une mission d’envergure. Faire exposer la croute de l’arrière-arrière grand-père au Louvre. Fabien, ne pouvant refuser, se trouve bien emmerdé devant se défie assez à la fois difficile et totalement absurde. Après tout, Fabien n’est qu’un surveillant….mais avec l’aide de Monsieur Balouchi, tout devient possible.

Complètement improbable cette histoire, mais pourtant, tellement drôle. Étienne raconte son récit sans se prendre la tête et de manière plutôt décomplexée. Un peu de grossièreté, de nudité et de sexe, ça ne fait de mal à personne, surtout quand ce n’est pas excessif. Mais ce n’est pas le plus important. Ce qui touche vraiment, c’est le fond de l’histoire. Fabien est assez touchant dans son rôle du gendre qui veut paraitre parfait et qui fait tout pour ne pas montrer qu’il est agacé ou gêné. A côté de ça, Mathilde ne se gêne pas pour le montrer et même le dire à sa famille. En plus de quoi, Étienne s’amuse de la rencontre (confrontation ?) quelque peu stéréotypée, entre le gendre et la belle famille. D’un côté un parigot, jamais sorti de Paris, et de l’autre côté, des campagnards, issus d’une famille de paysans. Cette opposition est vraiment drôle et bien représentée. J’aime beaucoup cette galerie de personnages très diversifiée et attachante.

Il y a ensuite la réflexion sur l’art, son importance et ce qu’il représente, qui est mise en place tout au long de la BD. Davodeau se demande à travers l’histoire, ce qui intéresse tant les touristes dans l’art, mais aussi ce qui peut différencier une œuvre comme La Joconde ou Le Radeau de la Méduse d’un petit tableau fait par une personne « quelconque » dans son grenier. C’est très intéressant, et très bien traité.

Et bien sûr, la qualité du dessin n’est pas mise de côté. Simple mais pourtant unique. Chaque personne possède son propre trait caractéristique, tant dans graphiquement que dans leur caractère. Je suis tombé sous le charme du dessin de cet artiste que je trouve vraiment génial. Et les sculptures et autres tableaux qu’il reproduit dans son album sont très réussis.

Étienne Davodeau maitrise son scénario, sa narration, et son dessin. Passionnant et drôle, Le Chien qui Louche est un coup de cœur pour moi. Un pavé de 134 pages à lire absolument !

Tag(s) : #Review BD

Partager cet article

Repost 0