Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abaak T1, une nouvelle saga de SF en BD
Abaak T1, une nouvelle saga de SF en BD

Titre : Une aventure de Doménico T1 - L'Apocalypse des Batailles
Éditeur : Tartamudo
Artiste : Puvilland's Team (scénariste et dessinateur)
Date de sortie : 22 septembre 2011
Prix : 14€
Description : Sur la terre, l'observation d'OVNIS dans les années 1950, provoquait l'enthousiasme ou le scepticisme. Mais depuis ces années-là, l'opinion du milieu scientifique a changé et, grâce à des moyens de détection de plus en plus pointus comme les télescopes spatiaux, les sondes intergalactiques, et surtout les découvertes de planètes extra solaires, il a été possible de poser enfin sérieusement la question de la vie extraterrestre !

Pendant ce temps-là, dans les profondeurs de l'espace, sur une planète de l'Amas globulaire M31, un dessinateur de bandes dessinées, dont la dernière histoire vient d'être refusée par son éditeur, a décidé de nous la raconter directement, voici en substance ses écrits :

« C'est l'histoire de la micro galaxie du NUCLEUS, qui pour nous, êtres humains, se situe dans un atome d'uranium... »

Dans cette micro galaxie, s'étend l'empire de PLUX, composé de deux mondes, celui du PROTINUS dominé par un monarque totalitaire, la Reine Ferhocil, et celui du NEUTRINUS, dirigé par un comité de savants, présidé par Alomegastein.

Mais des affrontements continuels se produisent entre ces deux mondes, jusqu'au jour où Alomegastein découvre qu'un Neutron, astéroïde inconnu, doit couper l'orbite de l'empire, et donc le détruire. Les savants décident donc de construire une flotte d'engins susceptibles de quitter leur monde. La Reine Ferhocil ayant appris la terrible nouvelle décide de lancer toutes ses forces contre les Neutriniens.

Ayant conquis l'aire de départ des vaisseaux neutriniens, la reine et ses proches montent dans les vaisseaux d'Alomegastein et c'est l'envol au moment du choc fatal entre l'astéroïde et l'empire de PLUX !

Abaak est un projet BD ambitieux, celui de réaliser une grande saga de science-fiction, à la manière de Druillet et Moebius. Mais est-ce une réussite ? Écrit et dessiné par la Puvilland’s Team (Paul et Jean-Louis Puvilland), le premier tome d’Abaak, publié chez Tartamudo, est là pour nous donner une réponse.

Si la BD débute comme quelque chose d’humoristique, la suite, elle, se veut relativement sérieuse. On commence avec Sprite, un dessinateur de BD qui présente sa nouvelle création à son éditeur. Ce dernier lui refuse la publication car il veut du R-É-A-L-I-S-M-E. Après quoi, Sprite se lance dans la création d’une épopée bédéesque, narrant l’histoire de deux peuples, le Protinus dirigé par la Reine Ferhocil, et le Neutrinus, présidé par Alomegastein. Il se partage l’empire de Plux, mais Ferhocil veut conquérir Neutrinus pour étendre son pouvoir. Mais alors qu’elle passe à nouveau à l’offensive après de nombreuses tentatives infructueuses, Alomegastein se retrouve, lui, face à un autre problème d’envergure. Un Neutron, astéroïde inconnu, se dirige droit sur leur empire et risque de détruire Plux ! Alomegastein veut donc tenter de sauver son peuple.

Le scénario proposé par Paul et Jean-Louis Puvilland est plutôt original. Commençant par une petite introduction assez drôle, on se retrouve très vite dans une véritable aventure de science-fiction, un Space Opera avec des vaisseaux, des affrontements, etc. Sauf qu’ici, on ne suit pas des humains, mais des extraterrestres. Mais le scénario est trop inégal. Ca traine en longueur pour au final pas grand-chose, surtout qu’il n’y a que peu de rebondissements, donc rien pour relancer l’intérêt du lecteur. En plus de quoi, il est assez difficile de se plonger dans l’histoire, on lit simplement, sans s’attacher aux personnages, sans prendre part au récit ou quoi. On est totalement en dehors de ce qu’il se passe.

Graphiquement, je n’ai pas trop adhéré au style. Si celui-ci permet d’obtenir quelques planches hallucinantes dans leur construction, et vraiment belles, dans l’ensemble, le résultat est brouillon et confus. Les explosions, les effusions de couleurs flashy, etc, ça fait trop, et on finit par ne plus rien comprendre. Ce n’est pas mal dessiné, les personnages et les vaisseaux sont sympathiques, quelques scènes sont impressionnantes, mais je n’aime pas, c’est mou, ça manque de dynamisme, et ça c’est, je pense, à cause de la technique employée.

Une série qui, encore une fois, a du potentiel. Malheureusement, il est difficile de l’exploiter et la science-fiction est un genre assez ardu à maitriser, en BD plus qu’ailleurs.

Tag(s) : #Review BD

Partager cet article

Repost 0