Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mystère Sherlock, qui a tué les universitaires au à l'hôtel Baker Street ?

Titre : Le Mystère Sherlock
Auteur : J.M. ERRE
Illustrateur : -
Éditeur : Buchet/Chastel
Pages : 336
Quatrième de couverture : Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street. Cet établissement, charmant et isolé, a été coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche. Personne n’imagine que, derrière la porte close, se trouve un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires.

Tous sont venus là, invités par l’éminent professeur Bobo, pour un colloque sur Sherlock Holmes. Un colloque un peu spécial puisque, à son issue, le professeur Bobo devait désigner le titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…

Hommage, plein de rebondissements, à Sherlock Holmes et à Agatha Christie ; regard amusé sur le petit monde de l’Université ; humour et légèreté. Pour lutter contre la déprime ambiante, Le Mystère Sherlock est idéal !

Un petit polar, ça fait du bien des fois. Un petit polar humoristique, c’est encore mieux. L’Holmésologie, vous connaissez ? Non ? Il s’agit d’une « science » selon laquelle Sherlock Holmes ne serait pas un personnage de fiction, mais bien une vraie personne. C’est autour de cette « science » que tourne le livre de J.M. ERRE puisque son roman, nommé Le Mystère Sherlock, raconte l’histoire de 10 universitaires, tous holmésiens, qui se sont réunis dans un petit chalet en Suisse, à Meiringen, à l’hôtel Baker Street, pour un colloque. Le but de ce colloque ? Obtenir le poste de titulaire de la chaire d’holmésologie à la Sorbonne ! Cependant, ces spécialistes sont retrouvés morts, dans la chambre froide de l’hôtel. Mystère…Mais l’inspecteur Lestrade est là pour l’élucider à la manière du grand Détective Holmes, lui qui lui ressemble tant. Au travers des notes d’une jeune journaliste, Audrey, venue au colloque sous couverture pour étudier les holmésiens, mais aussi d’écrits personnels des différents universitaires, le récit des quelques jours qu’ils ont passés ensemble va prendre forme. Nous allons donc découvrir, au fur et à mesure des pages, la mort de chacun des participants, un par un, des morts plus ou moins farfelues, sans pour autant que cela ne vienne gêner la course à la chaire. Dès le début du roman, on comprend le ton qu’a voulu donner l’auteur à son récit. Il joue à fond sur l’humour, tout en gardant un certain sérieux dans son intrigue construite à la manière d’un roman de Conan Doyle ou d’Agatha Christie. Et son intrigue est d’ailleurs très bien construite, on est emporté dans son histoire et il est difficile de lâcher le bouquin avant de l’avoir terminé. Très proche d’un Dix Petits Nègres, l’intrigue se déroule à huis-clos, dans un chalet totalement fermé et sans aucune possibilité de sortie (et autant vous dire que J.M. Erre à vraiment fait en sorte que personne ne puisse sortir du lieu) et bien que l’histoire se passe toujours dans le même endroit, on ne s’ennuie jamais. Dans un premier temps grâce à l’auteur, qui est sans cesse en train de mettre du rebondissement dans son bouquin, et dans un second temps, grâce à sa galerie de personnages à la hauteur de leur mort. Complètement ridicule, et hilarante. Les personnages sont tous plus loufoques les uns que les autres, et cela, pour le plus grand plaisir du lecteur ! Le récit est vraiment bien écrit, et les dialogues, tout comme les événements et les personnages, nous offrent de grand moment de rigolade. Une véritable perle que ce Mystère Sherlock, hommage à Agatha Christie et Sherlock Holmes, l’intrigue est rondement menée, à lire et à relire !

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :