Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chagrin d'École, le cancre n'est pas forcément celui que vous croyez

Titre : Chagrin d'École
Auteur : Daniel Pennac
Illustrateur : -
Éditeur : Gallimard
Pages : 304
Quatrième de couverture : «- Un livre de plus sur l'école, alors ?
- Non, pas sur l'école ! Sur le cancre. Sur la douleur de ne pas comprendre et ses effets collatéraux sur les parents et les professeurs.»
Prix Renaudot 2
007.

Daniel Pennac est un auteur connu principalement pour son excellente saga Malaussène, commencée avec Au Bonheur des Ogres en 1985. Mais aussi pour ses quelques romans jeunesses, comme Cabot-caboche ou encore l’œil du Loup. Et pourtant, rien ne le destinait à devenir auteur et encore moins enseignant. C’est ce qu’il raconte dans son ouvrage autobiographique, Chagrin d’École. Ses années de galère du à l’école, au collège, en pensionnat et au lycée. Les années durant lesquelles Daniel Pennac était…un cancre. Car oui, Daniel Pennac était un cancre. De mauvaises notes en maths, de mauvaises notes en langues, de mauvaises notes en français. Et pourtant, n’est-ce pas lui qui a fait une maitrise en lettres et qui est devenu professeur en plus d’auteur ? Au travers de ses pensées, ses souvenirs et ses douleurs, il cherche à nous faire comprendre ce que peut ressentir un cancre. Mais aussi, à nous montrer ce qu’est un cancre. Un gamin en difficulté. Un gamin qui n’assimile pas comme les autres toutes les règles de grammaire, de calcul et les dates historiques. Un gamin qui se sent mal au fond de lui, qui a honte d’être « nul », de ne jamais rien « réussir » et d’être un « bon à rien ». Et non pas forcément un gamin qui ne veut rien faire, qui ne veut pas travailler, etc comme beaucoup de monde le pense. Un récit intime, émouvant, touchant et profond qui mène à une véritable réflexion sur l’enseignement, les méthodes utilisées par les professeurs, et les professeurs eux-mêmes. Ce Chagrin d’École est un ouvrage que tout enseignement devrait conseiller à ses élèves (et le lire aussi, ça ferait du bien à certains). Pourquoi ? Simplement parce que ça permettrait déjà à certains professeurs d’aider certains élèves à surmonter leurs difficultés, et à certains élèves de se dire que rien n’est perdu, qu’ils peuvent réussir à faire ce qu’ils veulent, qu’ils ne sont pas des moins que rien et qu’ils doivent se reprendre en main. Mais bien sûr, comme toujours avec Monsieur Pennac, sérieux rime avec humour !

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :