Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Review Livre] La Dernière Terre T1 : L’enfant Merehdian – Magali Villeneuve

Auteur : Magali Villeneuve
Illustrateur : Alexandre Dainche
Éditeur : Éditions L'Homme Sans Nom
Pages : 480
Quatrième de couverture : Un monumental ruban de pierre se dresse en sentinelle au bord des brumes éternelles.

Les hommes leur ont donné un nom : la Dernière Terre.

Dans la cité-capitale des Cinq Territoires, Cahir, jeune homme frêle, maladif, aux mœurs et aux allures bien éloignées des codes stricts qui font loi autour de lui, subsiste envers et contre la réprobation générale. Il est issu des Giddires, un peuple rejeté, au ban de la paix politique qui unit les autres contrées. Malgré cela, entre intelligence et ingénuité, il parvient à se rapprocher de certains locaux, dont Ghent, fils du Haut-Capitaine à la tête des forces militaires des Basses-Terres. Au fil de ces jours paisibles, s’il advenait un événement capable de bouleverser tous les dogmes établis, quel poids l’existence de Cahir aurait-elle dans la balance des certitudes ?

Le Seigneur des Anneaux, le Trône de Fer. J.R.R. Tolkien, George R.R. Martin. Ces noms ne vous sont certainement pas inconnus. Et pour cause, il s’agit de deux grandes séries et de deux grands noms du monde de la fantasy. L’un est anglais, l’autre est américain. Il est désormais temps pour vous de découvrir leur homologue français, La Dernière Terre de Magali Villeneuve. L’histoire démarre assez calmement. On découvre divers éléments de l’univers de Magali Villeneuve. Beaucoup de personnages font leur apparition. Des personnages importants comme des personnages secondaires voire qui disparaitront rapidement. On passe ensuite aux différents peuples qui vivent sur les Cinq Territoires, etc. Il s’agit là d’un tome très introductif. Il est là pour poser les bases et mettre en place l’univers dans lequel va se dérouler la saga. C’est pourquoi beaucoup d’informations sont dévoilées dans L’Enfant Merehdian. C’est d’une manière très poétique que Magali a écrit ce premier tome. Et elle nous offre constamment des descriptions très poussées et joliment écrites. Elle dispose d’une plume forte agréable, cependant, ce sont souvent des descriptions trop chargées en détails mais aussi en fioritures qui viennent alourdir les phrases avec des éléments pas nécessairement utiles ou indispensables. De ce fait, il n’est pas rare que l’on passe à côté de quelque chose d’important ou on n’assimile pas tout ce qui est important. Autant dans les descriptions des lieux et des personnages que dans celle de l’action, des événements. Malgré quoi, Magali Villeneuve fait preuve, en plus d’un talent pour l’illustration, d’un talent pour l’écriture. En effet, elle réussit à nous transmettre les émotions, les douleurs de ses personnages avec une forte intensité causant ainsi une certaine empathie chez le lecteur. En plus d’être un tome exclusivement introductif, L’Enfant Merehdian s’intéresse aussi énormément à la psychologie des personnages. Ce qui est vraiment dommage, c’est le manque certain d’action et de péripéties. Tout au long de l’histoire on s’attend à ce qu’il y est des combats, à ce qu’il se passe quelque chose, que ça bouge. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Le vrai rebondissement de l’histoire, celui qui est un tournant pour la poursuite de l’intrigue, brise au passage tout espoir d’action au vue de la manière dont celui-ci se déroule. Le premier tome de La Dernière Terre nous permet de découvrir un monde. Mais de façon trop « théorique » et du coup, on a l’impression que se faire un peu avoir quant à la grandeur du monde décrit. Le récit est tout de même parsemé de quelques moments de suspense assez intenses et comme les personnages sont tous différents et opposés, autant par leur intellect, que leur attitude, leur éducation, leur manière, ou leur force, on finit par s’attacher à tel ou tel personnage et à en détester d’autres. Et au moindre problème, on est sous le choc, on tombe des nues. C’est ça qui sauve ce premier tome. L’empathie qui se dégage et l’attachement que l’on crée avec les personnages. Désormais, un univers, un background est posé et il existe. Avec des personnages, des lieux, une histoire. Maintenant, il faut que tout cela bouge, qu’il y est de l’action et des événements qui fassent évoluer l’intrigue. La manière dont le récit est écrit n’est pas le souci. C’est la manière dont l’histoire est menée qui pose problème. Je pense que le style très travaillé de l’auteur peut donner naissance à quelque chose de beaucoup mieux. Avec des combats, des quêtes, des événements et des rebondissements très détaillés, très intense avec une narration d’une puissance sûre. La Dernière Terre est une série qui a du potentiel. Tout comme Magali Villeneuve. Il faut maintenant l’exploiter et trouver le juste milieu pour offrir le meilleur travail possible.

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :