Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Review Livre] Clark Ashton Smith, Poète en Prose - Donald Sidney-Fryer

Auteur : Donald Sidney-Fryer
Éditeur : La Clef d'Argent
Pages : 60
Quatrième de couverture : Les poèmes en prose de Clark Ashton Smith (1893-1961) constituent un exemple unique de perpétuation et d'enrichissement d'un genre initié au XIXe siècle par Aloysius Bertrand, Charles Baudelaire ou Arthur Rimbaud. On ne saurait pourtant limiter au seul domaine francophone les inspirateurs de Smith: on découvre ici les affinités subtiles existant entre les poèmes en prose d'Edgar Poe et ceux du poète californien, les multiples échos persistant chez Smith d'oeuvres plus anciennes comme les étonnants traités scientifiques et mythologiques de Sir Thomas Browne, ou encore les relations de Smith avec les Romantiques Californiens, ce mouvement littéraire du début du XXe siècle au sein duquel s'illustrèrent brillamment George Sterling ou Nora May French.

À la lumière de ces relations complexes, Donald Sidney-Fryer nous livre une analyse remarquable de cette magie noire incantatoire que Smith tenta, sa vie durant, de mettre en pratique afin d'exprimer ce sentiment d'altérité, cette «nostalgie du pays qu'on ignore, cette angoisse de la curiosité» dont nous parlait déjà Baudelaire dans son «Invitation au voyage».

Écrivain américain, Clark Ashton Smith est né en 1893 et est mort en 1961. Grand ami de Lovecraft, C.A. Smith appartenait au cercle Lovecraftien, aussi composé de Robert E. Howard, August Derlteh, Robert Bloch et d’autres auteurs. Artiste aux multiples facettes, Clark Ashton Smith se trouve être, en plus d’un brillant écrivain, un dessinateur talentueux, un sculpteur et un très bon poète. Totalement autodidacte, Clark Ashton Smith fût aussi traducteur dans les langues Française et Espagnol. Il s’est d’ailleurs chargé de la traduction de plusieurs textes de Baudelaire. Lovecraft n’a de cesse tenté de faire connaitre l’œuvre de Smith mais aussi de lui prodiguer conseils et encouragements. Après un ouvrage sur les Mondes Perdus de Clark Ashton Smith, écrit par Jean Marigny, La Clef d’Argent nous propose désormais un ouvrage de Donal Sidney-Fryer. Quand l’un se concentrait sur les nouvelles de Smith, celui-ci se concentre sur la poésie en prose de Smith, mais ne se focalise toutefois pas uniquement sur les poèmes de C.A. Smith. Une partie est tout d’abord consacrée à la poésie en prose en général. On nous y présente Aloysius Bertrand, premier poète en prose (bien que cela ne fût nommé ainsi que plus tard), mais aussi d’Edgar Allan Poe, de Charles Baudelaire ou encore d’Arthur Rimbaud. Suite à quoi, l’auteur de l’essai revient sur C.A. Smith, nous exposant ses influences, ses « mentors ». On retrouve dans cet ouvrage beaucoup de références, autant sur Smith et son œuvre que sur d’autres poètes et la poésie en prose. Un ouvrage à lire absolument !

Tag(s) : #Chronique Littérature

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :